Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 Heures du Mans 2014 / 14 - 15 juin

Le retour de Porsche au plus haut niveau en course d’endurance relance le sempiternel duel  manceau des « usines » qui nous est offert depuis 2007 : Audi-Peugeot  puis Audi-Toyota. Cette année un troisième larron entre en foire! Et pas des moindres, Porsche présente sa 919 Hybrid (4 cylindres essence Turbo, récupération d’énergie : Kers, turbine ERS, MGU essieu avant, transmission intégrale)...

Toyota a peaufiné sa TS 040 V8 aspiré essence Hybrid. Audi remet son titre en jeu avec son 6 cylindres diesel Turbo propulsant la R18 E-tron Quattro. Les deux Rebellion ROne sont les seules inscrites en LMP1L (non hybride). 9 voitures seulement dans ce groupe phare à budget…énorme côté hybride.

17 autos en LMP2, un peu plus de variété : Zytek, Morgan accompagnées des françaises : Oreca, Ligier, Alpine, des protos tous équipés de moteurs japonais Nissan, Honda ou Judd. Le reste du plateau est composé des belles GTE am ou pro parmi lesquelles on compte les Ferrari 458 Italia, Aston Martin Vantage, Porsche 911RSR, Corvette C7R.

Nous nous pointons de bonne heure samedi matin afin de profiter du warm up et des deux courses préliminaires au programme : les « anciennes » 1980-90 et les Porsche Cup.  Après l’empoignade (à distance) des Mercedes, Aston Martin, Porsche et autres Jaguar d’une époque moins « aseptisée » qu’aujourd’hui, contraintes de la course « moderne » obligent, nous passons au défilement du long ruban des « Cup ». Celui-ci s’étire au gré du niveau de pilotage assez disparate entre pilotes disons de métier et « gentlemen drivers » qui doivent essentiellement leur coup de volant à l’épaisseur de leur compte en banque…A moins que ce ne soit le niveau de préparation des autos qui influent grandement sur les performances. Trêve de dénigrement, toi… Simple spectateur qui t’es pointé en Passat break et dont le seul mérite fut de repérer les radars sur ta route entre les accélérations feutrées du fiston (un an de permis)… La Passat sur le Parking fera cependant office de chambre à coucher assez confortable pour une courte nuit des 24 Heures.

 En attendant l’heure fatidique nous matons devant les stands la mise en place des autos poussées par les mécanos sur la grille. Le tout est ponctué des hymnes nationaux de l’ensemble des pilotes participants, du passage de quelques célébrités automobiles, Jean Todt, jacky Ickx, Sébastien Loeb. D’autres moins spécialisés : Stéphane Le Foll et Gégé Depardieu en personne directement venu de sa Belgique ou Russie d’adoption. L’engouement du public sur son passage prouve qu’on le considère encore comme un authentique français, portefeuille fiscal mis à part.

Procédure de départ enclenchée : les choses sérieuses vont commencer avec le départ lancé… la Toyota du rapide Wurz oublie tout le monde en début de course y compris sa sœur jumelle qui préfère surveiller la concurrence Porsche et Audi. Cette voiture va dominer durant 15 heures jusqu’à ce qu’un problème électrique l’arrête au stand et qu’un début d’incendie précipite son abandon.

24h du mans 2014

Nous apprenons la nouvelle alors qu’on regagne les abords du circuit de bon matin. Audi récolte les fruits de sa patience et la N°2 qui a changé un turbo durant la nuit puis la N°1 prennent la relève en tête alors que la deuxième Toy a été ralenti par divers ennuis. Porsche reste en embuscade prêt à saisir sa chance. Celle-ci arrive quand l’Audi leader ralentit brutalement dans les Hunaudières puis se traîne vers les stands : il faut changer un Turbo. La Porsche  de Webber-Bernhard-Hartley va faire illusion car l’Audi N° 2 remonte et la marque à la culotte.

24h du mans 2014

Les écarts sont faibles et lorsque la Porsche N°20 roule tout à coup au ralenti puis rentre au stand l’affaire est entendue. Audi réalise le doublé devant la Toyota rescapée.

24h du mans 2014

La catégorie LMP2 a été dominée par les Ligier mais en fin de course ces dernières s’inclinent devant la Zytek Jota sport. Belle bagarre en GT entre les Ferrari-Aston-Corvette qui roulèrent longtemps en rang serré. Ferrari l’emporte en Pro et Aston-Martin en Am.

    

                           Ferrari GT                                                                          Aston Martin GT

          24h du mans 2014                                 24h du mans 2014

Nous quittons le circuit après les podiums sur cette énième victoire Audi, cartes mémoire photos bien remplies et persuadé pour ma part que Porsche ou Toyota devraient bientôt se faire le constructeur d’Ingolstadt, comme jadis Peugeot sur le circuit sarthois.

SdS

Photos: ©GM      

              

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.