Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SdS épreuves (histoire)

  • Daytona 1970, Porsche s'envole

    La Porsche 917 est née en 1969. Ce « phénomène », extrapolation de l’homogène 908 sa devancière, fut produit à  25 exemplaires comme la réglementation l’imposait. Elle représentait  à l’époque l’aboutissement de l’offensive de la marque de Stuttgart dans la catégorie Sport. Un début de carrière difficile n’empêchera pas sa progression,  mise au point laborieuse qui l’acheminera vers une insolente réussite.  Avec Daytona 70 débute l' impressionnante série de succès.

     

    Lire la suite

  • La décennie Fangio / GP d'Italie 1957

                                       Monza 1957

                                   La leçon anglaise

     

    Fin du premier tiers de course sur l’autodrome de Monza,  Stirling Moss mène la danse. La puissance de sa Vanwall a eu raison de la voiture de son poursuivant. Fangio perd du terrain  et décroche peu à peu. Il ne peut plus se servir de l’artifice de l’aspiration qui l’avait maintenu jusqu’alors péniblement dans le sillage de l’anglais. Un seul espoir pour l’argentin, profiter d’un éventuel incident  survenant sur  la voiture de son rival.

    Lire la suite

  • La décennie Fangio / GP d'Allemagne 1956

                                            Nürburgring 56

                                    Qui sera « Ring Master » ?

     

    Juan Manuel Fangio a du fil à retordre depuis le début de l’année. La Scuderia Ferrari qui engage pour son compte les Lancia D50 lui oppose un jeune anglais coriace. Peter Collins ne se laisse pas impressionner par le triple Champion du monde. Il défend son pré carré avec talent et détermination. A la veille du Grand Prix d’Allemagne disputé sur le circuit du Nürburgring, l’un des juges de paix de la saison, Collins précède l’argentin au classement du Championnat du monde. Certes un seul petit point les sépare mais un point qui agace « El Chueco » comme le surnomment les railleurs… 

    Lire la suite

  • La décennie Fangio / GP de Monaco 1955

                                           Monaco 1955

                             La Déroute des flèches d’argent

     

    Quarante neuvième boucle de course, Juan Manuel Fangio sent soudain sa mécanique le trahir. La Mercedes décélère contre le gré de son pilote, la transmission a cédé. L’argentin voit son équipier Moss le dépasser et filer vers une possible victoire... A moins que le sort ait décidé d’en disposer autrement… 

    Lire la suite

  • La Décennie Fangio / Grand Prix de l'ACF 1954

                                       D’un souffle entendu…

    « Prêté » par Mercedes qui a retardé la sortie de sa voiture,  le Champion du Monde argentin a remporté les Grand prix d’Argentine et de Belgique sur une Maserati en début de saison avant de rentrer dans le giron allemand au volant de la nouvelle Mercedes W 196. Enfin prête pour l’épreuve française, cette dernière répond à la récente réglementation, moteur 2500cc atmosphérique (ou 750 cc suralimenté), carburant libre. En terre rémoise l’impressionnante « machine de guerre » va survoler la course.

    Lire la suite

  • David versus Goliath

    Le Mans 1965, la dernière de Ferrari.

    Le cours des années soixante va sonner le glas de la domination transalpine sur la grande course sarthoise. Ford souhaite briser l'insolente hégémonie de l'artisan latin. Ce challenge va relancer l’attrait des 24 Heures jusqu’alors installées dans une routine à l’italienne.

    Lire la suite

  • La décennie Fangio / Grand Prix de Suisse 1951

                                            Bremgarten  1951

                                El Maestro dompte la tourmente   

       El Maestro se positionne en première ligne sur la grille de ce second Grand Prix de Suisse, première épreuve du Championnat Mondial de l’année. Le ciel a décidé de verser une pluie tenace sur l’épreuve. Le circuit helvétique tracé dans la forêt au nord de Berne ne représente pas une sinécure pour les pilotes par temps sec. Sous la pluie, il va tourner aux « travaux forcés » pour nombre de concurrents mais pas pour l’argentin de Balcarce...

    Lire la suite

  • Grand Prix de France 1969

    L’équipe Tyrrell a démarré la saison en fanfare. Jackie Stewart s’est octroyé trois succès, le premier sur la Matra MS 10 en Afrique du sud puis sur la MS 80 en Espagne et Hollande. Seul Graham Hill a rompu les succès franco-britanniques sur le circuit de Monaco. A l’approche de l’épreuve française un absent de marque est signalé, il s’agit de Jack Brabham accidenté lors d’une séance d’essais à Silverstone.

    Lire la suite

  • Les enfants terribles (24 H du Mans)

    Cette année-là, 1961, Ferrari part favori dans la Sarthe avec une petite troupe de 250 TR 61 bien établie et la nouvelle 246SP à moteur central arrière. Des autos que vont tenter de contrer Maserati avec son V12 de même qu’Aston Martin et sa vieillissante DBR1. Chez Nart, Luigi Chinetti qui engage des Ferrari à titre privé a embauché deux jeunes mexicains: les frères Rodriguez, Ricardo et Pedro, 19 et 21 ans sur une Ferrari TR61.

    Lire la suite

  • Grand Prix de France 1967

    Au début de la saison 67 la Formule 1 a perdu Lorenzo Bandini qui périt dans les flammes lors du Grand Prix de Monaco . La Scuderia est durement touchée par sa disparition. Après ce drame Chris Amon, récemment engagé, endosse le rôle de leader de son écurie en terre sarthoise. Mike Parkes accidenté en Belgique est indisponible. Ludovico Scarfiotti, initialement prévu sur la liste des engagements, est entré en conflit avec son employeur. L’Italien n’est pas reconduit par la suite. Amon va donc tracer seul l’avenir de Ferrari jusqu’à la fin de la saison.       

    Lire la suite