Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Hommage d'un spectateur à Jean Pierre Beltoise

Jean Pierre Beltoise a disparu début janvier dernier, il était l'un des piliers du renouveau du sport automobile français des années soixante. De nombreux hommages lui ont été consacrés. Voici celui d'un spectateur lambda... 

                                          1000 KM de Paris 1971

            4.jpg

"Placé avec mon père et les copains à la chicane de l'anneau de vitesse nous attendions avec impatience le moment du départ, l'ensemble des concurrents ayant achevé leur tour de chauffe quelques instants auparavant.
L'énorme tumulte des moteurs rugissant renvoyé par l'écho depuis les tribunes nous ayant fait comprendre que "c'était parti", nous attendions avec fébrilité 
le premier passage.


Le vent, favorable, nous permettait de suivre le bruit des moteurs jusqu'à l'autre bout du circuit (un truc d'hommes soit dit en passant...) et la sirène du V12 Matra n'était pas la plus difficile à identifier, qui hurlait sa fantastique mélodie depuis les fonds les plus reculés des bois.
Justement le son strident se faisait de plus en plus distinct, et les spectateurs autour de nous, tous authentiques passionnés, écoutaient religieusement cette 
incroyable et fascinante musique.

 
Pourtant nos oreilles nous portaient une information dont nos cerveaux incrédules avaient du mal à accepter la réalité. Au fil des deux premières minutes le son du Matra se faisait de plus en plus "détaché" de la masse des autres mécaniques dont le brouhaha nous parvenait lui aussi, mais comme avec un décalage... C'était une impression bizarre, comme si les informations en provenance du peloton de tête ne nous parvenaient pas en même temps. 
Fantaisie du vent probablement.


Enfin le miaulement de la bleue se précisait, en provenance du virage de la Ferme, puis de la chicane nord avalée au rythme scandé par les rétrogradages et coups d'accélérateur dont chacun se souvient certainement encore... Eh oui 
Senna a eu un prédécesseur pour le baabaabaaap.


Le voilà! La Matra et le casque bleu et blanc de Jean-Pierre viennent d'entrer dans notre champ de vision, il monte à mi-anneau, retarde son freinage, et plonge dans la première corde de la chicane. Nous encaissons les pointes suraigus des 12500 t/m du V12, vitesses rentrées à la volée et jouissons avec ferveur du filet de gaz terriblement anticipé puis de l'ouverture en grand qui nous comble du hurlement plein et rageur du double 6 en 1.                                                                                              
Beltoise est passé, il disparaît du côté de la tour de la direction de course. Le silence se fait. Et puis... rien. Enfin si, à l'échelle des dixièmes de secondes de 
l’époque et des centièmes d’aujourd’hui, un trou, un gouffre. Nous nous tournons tous vers la gauche et la distance qui nous sépare du bruit rauque en provenance de la chicane nord nous interpelle.


« Doit y avoir un drapeau rouge !» je lance à mon père. Arrivent alors les "suivants" Van Lennep (917 Gulf), Kinnunen (Spyder 917), Jabouille (512 M). Ils ne semblent pas lever le pied, nous ne comprenons plus, tandis que défilent tous les autres.

Quand le silence se fait à nouveau, nous réalisons ce que nous venons de vivre : Beltoise et sa 660 à parements blancs mène avec son numéro 10 la course au premier tour avec 7" d'avance sur ce qui se fait de mieux en endurance ! Tout le Monde se regarde, incrédule.


Le tour suivant nous confirme bien que la course est vraiment lancée, qu'il n'y a pas eu de faux départ, et que le fossé s'est encore creusé de 5" de plus ! 4 tours

Plus tard avec 30’’ d’avance, JPB va commencer à gérer cette incroyable avance. Pour avoir mémorisé lors de ma modeste carrière de pilote de karting quelques-uns de ces tours de rêve où l'on éprouve la sensation de voltiger en faisant corps avec la machine parfaitement réglée, je suis persuadé que Jean-Pierre  conserva un souvenir spécial de ce début de course.

Et je sais que nous sommes nombreux, spectateurs, à ne pas l'avoir oublié."

Frank Ruffino   / SdS

Photos :  © GM

            

 

 

Commentaires

  • Un sportif d'une ténacité et d'un professionnalisme exemplaire!

Les commentaires sont fermés.