Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Didier Pironi

Passionné de sport auto comme son demi frère José Dolhem, Didier Pironi suit la voie de José. Il s’inscrit en 73 à l’école de pilotage du circuit Paul Ricard et remporte à l’automne le volant Elf avec à la clef une saison de Formule Renault offerte. Brillant pilote, il gagne en 74 le Championnat de France de F.Renault et va suivre la filière Elf...

En 1976, il s’adjuge le Championnat d’Europe de F.Renault et grimpe ensuite en Formule 2 en 1977. Finissant troisième du Championnat d’Europe remporté par René Arnoux, Pironi s’adjuge le GP de Monaco F3 sous les yeux du gotha de la Formule1.

Didier-Pironi.jpg

Il gagne donc ses galons pour la série reine et intègre l’écurie Tyrrell en F.1. Il y fait son apprentissage et remporte chez Renault les 24 H du Mans 78 en compagnie de Jaussaud. Il effectue une deuxième saison chez Tyrrell grappillant quelques places d’honneur.

Le Français passe chez Ligier en 80, année où l’écurie française se montre compétitive. Il gagne le GP de Belgique mais son statut de second pilote derrière Laffite l’incite à répondre à l’appel de Ferrari pour qui il signe à la fin de la saison.

pironi.jpg

Ferrari utilise un V6 Turbo, c’est une saison de mise au point et Didier Pironi a fort à faire pour contrer Villeneuve, il poursuit en 82, remporte 2 Grand Prix à San Marin et en Hollande. Le Français se fâche avec son équipier à l’issue du GP de San Marin où il le double en fin de course alors que les positions devaient rester figées. Villeneuve se tue au Grand Prix suivant, Pironi devient le leader de l’écurie, il prend la tête du Championnat mais est victime d’un grave accident en Allemagne. Il heurte la Renault de Prost aux essais courus sous des trombes d’eau limitant considérablement la visibilité. Blessé aux jambes, les médecins évitent l’amputation mais le pilote, à l’issue d’une longue convalescence, n’est plus en mesure de piloter efficacement une F1.

DIDIER_PIRONI.jpg

En 86 Pironi se lance alors dans la compétition offshore où il remporte une victoire mais subit en 87 un accident fatal dans sa machine déséquilibrée à haute vitesse au large de l’Ile de White.

Didier Pironi (1952 - 1987)

SdS

Photos :  DR

Les commentaires sont fermés.