Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

equipe matra

  • Le dernier "Mohican"

                               

    24hdumans1974.jpgmatr 680.jpg

    La scène se déroule sur le territoire des vrombissements deux tours d’horloge durant. Sur la ligne de départ, Godasse de plomb qui a déterré la hache de guerre depuis le quart d’une lune, voit se précipiter un frère d’arme.

     

    Le grand timonier ambitieux, avait engagé ce dernier comme guerrier de la mécanique depuis de nombreuses lunes. Lorsqu’il l’a pris sous sa coupe, il dut accéder à une requête sans laquelle notre "indien" ne l’aurait pas suivi: éviter de revêtir la tenue de guerre de la tribu. On comprend notre Mohican sachant que son pire ennemi, un Iroquois, portait le nom de « Tête de coq déplumé »; le coq emblème de l’écurie!  En contrepartie, il accepta de ne plus se raser le crâne pour maintenir la cohésion du groupe.

     

    L’homme se rendit ainsi particulièrement repérable voir célèbre sur le territoire quand ses frères adoptifs avaient eux accepté de pavoiser sous les couleurs du coq chantant dès l’aurore. Installé sur sa monture Godasse de plomb se voit remettre un fétiche par son frère de combat quelques instants avant l’affrontement.

     

    Cette coutume lui tenait de son père, il mettait un point d’honneur à la perpétrer car son cœur était superstitieux. Godasse de plomb reçut donc son fétiche et n’eut aucun mal à interpréter l’inscription notée dessus : « plaquettes neuves ». Le grand guerrier se réjouit de la prévenance de son fidèle frère d’arme. En effet un rapide galop d’essai n’avait pas suffi à roder le harnais de sa monture, il devrait se montrer prudent.

     

    equipe matra

     

    La suite de la bataille montra que le fétiche n’avait pas été assez puissant pour vaincre le signe indien qui poursuivit l’équipage de cette monture, la dernière production de la tribu. Ils accumulèrent ainsi les déconvenues : un ennemi leur coupa la piste lors d’un ravitaillement, mettant à mal l’intégrité du jeune et puissant destrier … Lequel vit son cœur mécanique rendre l’âme quelques temps plus tard au grand dam du dernier "Mohican".

     

     

    SdS  

    Photo: DR  / équipe matra / 24 h du Mans 1974 /matra 680/ JP Jarier dit « Godasse de plomb »- Jean Luc Lagardère PDG de Matra : «le Grand Timonier Ambitieux »- le mécanicien :« le dernier "Mohican" »logo matra.jpg

                                         Emblème Matra