Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Carnets de Grand Prix #5

Grand prix de France /     1-2-3 juill 1977

Incorporé depuis octobre 76, Epinal ne représente pas que les images mais la réalité du Régiment de transmission auquel je suis affecté. Je pose mes jours de détente sur juillet afin de me changer les idées et reprendre la direction de Dijon pour le Grand Prix. Cela fait du bien de se replonger dans cet univers où le kaki est absent du prisme exposé à sa vue.

Le circuit a évolué depuis 74, une bretelle rallonge de 600 m le tracé primaire. Le temps sera radieux tout le week-end, les essais sont dominés par Andretti, Hunt, Nilsson, Watson.

Au départ du Grand Prix Hunt (Mc Laren) semble en mesure de dominer mais se fait passer par Watson (Brabham) et Andretti (lotus). Jacques Laffite très en verve sur la Ligier à moteur Matra tint longtemps la 4è place mais  rétrogradera jusqu’à la huitième, Hunt finira troisième. La bagarre est indécise pour la victoire et Andretti va menacer Watson qui cravache et tient bon… Cependant dans le dernier tour l’ américain passe la Brabham de l’Irlandais dont le moteur Alfa a trop consommé, déjaugeant à quelques encablures du drapeau à damier. La Lotus 78 l’emporte donc in extremis. Nous ignorons encore qu’elle marquera la période des « wing cars » en F.1.

 

lotus wing car.jpg

Comme à notre habitude au cours de ce weekend nous squattions les stands en fin d’après midi, moment où les mécanos connaissent le coup de feu. Nous avons longuement détaillé la Lotus très élégante dans sa robe nuit et liseré or. Son côté innovant résidait dans ses flancs où son créateur Colin Chapman avait caché sous les  pontons deux ailes inversées créant un substantiel supplément d’appui aérodynamique, des « jupes » en fibres descendaient jusqu’au sol comme un fin balai brosse destiné à canaliser l’air sous les ailes : efficace ! Ce système sera plus tard optimisé. Bien sûr nous n’y voyions que du feu car Chapman tenait son secret, les mécanos n’ôtaient la carrosserie qu’à l’abri des regards indiscrets !

 

Andretti_1977_France.jpg

 

 

SdS  

Photo:  @ B.Cahier 

   

Les commentaires sont fermés.