Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Carnets de Grand Prix #6

Grand Prix de France / 29-30juin ,1er Juillet 1979

 

Dijon 79... Victoire historique... Renault s’était lancé en Formule 1 depuis Silverstone 77 : un défi ! Ne disposant  pas d’un V8 ou V12 de 3 litres, la régie sous l’impulsion de quelques passionnés au service compétition, plonge dans l’aventure du moteur turbocompressé. La règle d’équivalence en F.1 repose sur l’égalité suivante 3 litres atmosphérique = 1,5 litre turbo . Elf avait commandé à la régie la conception d’un V6 2litres ayant brillamment remporté le Championnat d’Europe des prototypes 74 dans un châssis Alpine A 441 .

Encouragé par ce succès le service compétition s’attaque aux 24 h du Mans avec le 2litres turbocompressé , la direction accepte l’idée de la F.1 mais privilégie un succès au Mans toujours avec Alpine. 78 sera la bonne année. A partir de là l’équipe se concentre à cent pour cent sur la F.1 , ayant réduit le V6 à 1500 cm3 . Les débuts ont été difficiles, contraintes thermiques, temps de réponse, les ingénieurs ne manquent pas d’occasions pour cogiter. Les anglais de la F.1 rigolent bien, ils ne croient pas en l’équipe des jaunes, en 79 ils vont rire jaune...  

Fiabilité et performances s’améliorent. N’ayant pu me déplacer au P Ricard en 78, je ne rate pas l’occasion de suivre l’équipe Renault à Dijon et ce sera la bonne ! Avantagés par la configuration du circuit et l’altitude relative du site(les atmo respirent moins bien), les français ne rateront pas le coche. Première ligne Renault aux essais, Jabouille et Arnoux sont gonflés à bloc. La concurrence est forte avec Ferrari et Brabham Alfa Roméo dont les puissants 12 cylindres relèguent derrière les équipes anglaises et leur V8 Cosworth. Villeneuve résiste à la pression des jaunes environ jusqu’à la mi-course au prix d’un pilotage d’enfer. Il cède face à Jabouille qui s’envole mais Arnoux qui remonte va lui tirer une sacrée bourre,

1979Arnoux villen.jpg

un j’te passe tu me repasses durant les derniers tours, moment d’anthologie auquel nous applaudissons parmi le public en liesse…Suivent la Marseillaise...Cocorico!... Et l’invasion de la piste.

 

Jabouile 79.jpg

        SdS

 Photos: DR / 1: « roues dans roues »Villeneuve-Arnoux, le canadien

reprendra finalement le dessus et la seconde place / 2 : Jean Pierre Jabouille, sa première victoire en F.1 et celle d’un moteur turbo/      

Les commentaires sont fermés.