Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chris Amon

Né le 20/07/ 1943 à Bulls en Nouvelle Zélande, Chris Amon débute sa carrière dans son pays natal sur Austin Cooper puis sur une Maserati 250F. Il tente sa chance en Europe (Angleterre) par le biais de la bourse "un pilote pour l'Europe" suivant l'exemple de son compatriote Bruce Mc Laren. Reg Parnell qui l’avait remarqué en Nelle Zélande, l’engage dans son écurie privée. Il pilotera dès l’âge de 19 ans des Lola, Lotus, Cooper en F.1...

Il engrange de l'expérience sans enregistrer de performances notoires au volant de monoplaces peu véloces. Le kiwi cumule les baquets, il pilote en endurance pour Ford et revient au pays lors de l' hiver boréal pour disputer la série tasmane. Associé à son compatriote Bruce Mc Laren, Amon remporte sa première grande victoire à l’issue des 24 Heures du Mans 66. Malgré la belle remontée de l' équipage en proie à des soucis de pneus en début de course, ce fut une victoire que l'on pourrait qualifier de chanceuse. Le staff Ford avait demandé aux pilotes de ralentir en fin de course afin d'opérer un regroupement sous le drapeau à damier. La manoeuvre avait profité au duo néo-zélandais déclaré vainqueur par la direction de course.

chris amon

 Début 67, flairant un talent susceptible de s' affirmer, Ferrari l'engage. Il pilotera trois ans pour la Scuderia, il réalise de belles performances dans la formule reine, obtient des résultats proches de la première marche du podium où il monte six fois mais la victoire le boude. On retiendra en 68 le Grand Prix d’Espagne où il fut trahi par sa pompe à essence alors qu’il filait vers le drapeau à damier puis celui d'Angleterre durant lequel il batailla ferme avec Siffert sans parvenir à prendre le dessus. Amon avait pourtant bien commencé sa collaboration avec les italiens en remportant un nouveau succès au côté de Bandini en sport début 67 à Daytona. Côté austral il connaît aussi la réussite, une seconde place derrière Clark en 68 lors de la série tasmane puis le titre en 69.

         chris amon chris amon                    chris amon        

       Ferrari F1          Daytona 67                          Série Tasmane 68 / 69    

Quittant Ferrari au mauvais moment, Chris rejoint en 1970 la jeune écurie March, un choix qui s' avère peu judicieux dont Stewart fera aussi les frais. Il gagne cependant un Grand Prix hors championnat, le Daily express Trophy  à Silverstone. Il accroche deux secondes places au cours de cette saison, la plus convaincante est celle acquise derrière Rodriguez en Belgique après un duel tendu.

chris amon 

 1971, Matra cherche une pointure et l'embauche, Amon gagne le premier Grand Prix de la saison en Argentine mais encore hors championnat. Heureux présage? Nenni, Chris manque de remporter deux courses au cours de ces deux saisons mais des ennuis l'empêchent de concrétiser. Deux épisodes qui mettent en lumière le manque de rigueur et de pragmatisme du pilote. Italie 71 : Amon, poleman, est en tête de la course à Monza depuis le 37ème tour en compagnie de cinq pilotes mais il ruine ses chances de victoire lorsqu'en se débarrassant d'un tear off maculé d'huile il arrache sa visière qui s' envole. Un incident incroyable, les fixations de visière du casque du Néo-Zélandaischris amon  étaient-elles fatiguées ou mal réglées?..

A l'issue des essais du Grand Prix de France 72 sur le circuit de Charade, Gérard Crombac rappelle au pilote Matra, détenteur du meilleur temps, la présence de silex en bord de piste. En course Il faudra éviter de mordre sur les bas côtés et surveiller les trajectoires...A-t-il effacé de son esprit la précieuse consigne? Une crevaison va contraindre le kiwi à céder sa première place acquise après une belle envolée et une domination irrésistible. La fin de saison ne concrétisera pas cette embellie.

 Dans le milieu de la course certains ont commencé à douter de l'implication du pilote. Peut être à tort...Ses pairs ne tarissent pourtant pas d'éloges en le qualifiant de plus dangereux adversaire. On retrouve souvent les commentaires évoquant un pilote sympathique, ultra rapide mais manquant d'agressivité au combat...

 En 73 Matra a quitté la Formule 1 et le Kiwi, peu sollicité par les écuries sûrement en raison de sa guigne, se fourvoie chez Tecno dans une modeste structure non compétitive. Pour 74 il franchit le pas et fait construire une Formule 1. Il pilote une voiture classique, balourde et manque de subsides pour la faire évoluer. Elle le fit vite renoncer à poursuivre l'expérience.

                                                  chris amon

                                                                  Amon Formule 1

En 75 et 76 Chris jette son dévolu sur Ensign, voiture compétitive mais fragile sur laquelle il réalise de bonnes performances. Cependant une violente sortie de route due à une rupture de suspension au GP de Suède 76 lui laisse des séquelles en raison d'une forte commotion. Cette épisode  l'incite à réfléchir sur son avenir. Le pilote fragilisé va renoncer à prendre le second départ du GP d'Allemagne après l'accident de Lauda. Il poursuit tout de même la saison en acceptant une pige pour Wolf au Canada mais, victime d’un accident aux essais, ne se qualifie pas.

chris amon

 

Depuis cette mauvaise passe, la motivation du kiwi est émoussée. Après avoir débuté la série Canam en 77 chez Wolf, Chris sent le moment de s’éclipser et raccroche le casque pour rentrer au pays gérer la ferme familiale. Il tiendra parallèlement le rôle de consultant pour Toyota .

Il fut le pilote de talent le plus malchanceux en Formule 1. Il ne cessera de rappeler qu' à contrario sa bonne étoile lui permit de rester en vie au bout de ses treize années de carrière durant lesquelles il vit partir tant de ses collègues pilotes.

 

 Le pilote néo-Zélandais nous a quitté au mois d'août 2016 à l'âge de 73 ans/

Chris Amon /1943-2016 / vainqueur des 24 H du Mans 66 (Ford), des 24 H de Daytona 67 (Ferrari)  et champion de Tasmanie 69 (Ferrari)/   96 GP de F1- 11 podiums - 5 poles - 3 records du tour /


SdS

Photos :  DR

Les commentaires sont fermés.