Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Grand Prix de France 1971

Après deux années passées sur le circuit de Clermont-Ferrand, la Formule 1 s'installe dans le Var près du Castellet sur la nouvelle piste créée par Paul Ricard. Le père de la célèbre boisson anisée s'était-il découvert un intérêt soudain pour le sport automobile? A moins qu'une opération promotionnelle ne soit cachée derrière cette réalisation? Le chantier mené au profit des passionnés de compétition mécanique fut l'occasion d’associer au breuvage jaune une image dynamique à défaut de lui fournir un alibi côté respectabilité. Ne soyons pas mauvaise langue, l'homme est un mécène qui s'est investi dans d'autres domaines.

                                     
                                       

Le résultat est élogieux. Ce tracé fut élaboré au départ par Charles Deutch mais modifié par Jean Pierre Paoli, inspiré et validé par plusieurs pilotes. Jean Pierre Beltoise et François Mazet furent directement impliqués dans le projet. François Chevalier en prend la direction lorsque  JP Paoli se lance dans la création d’une écurie. La piste présente un développement varié, des dégagements généreux, une longue ligne droite lui donnant du caractère. Le tarmac est complété d’infrastructures diverses et modernes : Salle de presse, restaurant, loges sponsors, vaste paddock, piste d'aviation à proximité. La France passe à l'ère moderne...Mais petit bémol côté spectateurs, les tribunes ne sont pas assez nombreuses et la butte de terre qui longe la piste est conçue à minima pour le consommateur de petit(s) jaune(s).

 

Les forces en présence :

Stewart est en tête du Championnat devant Jacky Ickx. L’écossais semble parti pour une fructueuse saison à l’image de celle de 1969. La Tyrrell est efficace, bien née, rappelons-le encore une fois dans la lignée de la Matra MS80. Ferrari est en mesure de contester la domination de l’anglaise. Andretti a remporté la première course de l’année et Jacky Ickx le précédent Grand Prix en Hollande. Le belge est associé régulièrement au rapide Clay Regazzoni. Cevert a entamé sa première saison complète et doit encore faire ses preuves. Les écuries BRM, March, Matra, Mc Laren endossent le rôle d’outsiders. Lotus, Surtees, Brabham sont à la peine en ce début de saison.

 

Les essais :

La Tyrrell de Stewart arbore un bouclier avant adapté à la longue ligne droite du Mistral. L’équipe officielle March a adopté le V8 Alfa Roméo pour Peterson, son pilote de pointe, en place du Cosworth. Les factures de révision de ce dernier grèvent le budget de l’équipe qui a trouvé un partenaire moins onéreux. La maintenance des moteurs est offerte par les italiens. Matra veut se mettre en évidence à l’occasion de son Grand Prix national, le V12 a été remanié côté culasses et admission. Andretti qui court aux US est absent. Stewart domine les Ferrari malgré leur V12. Leurs pilotes se qualifient en première ligne à côté de l’Ecossais. Graham Hill (Brabham) et Rodriguez suivent. Le Mexicain a fait parler son V12 BRM tandis que le Britannique montre qu’il est encore dans le coup. On pointe ensuite Siffert (BRM), Cevert (Tyrrell), Beltoise, Amon (Matra), Stommelen (Surtees) puis Hulme (Mc Laren), Peterson (March Alfa), Surtees (Surtees). Les Lotus de Fittipaldi et Wisell sont larguées (17è et 15è temps).

 

La course : 

Chaud soleil provençal au départ. Stewart prend la tête poursuivi par la Ferrari de Regazzoni et la BRM de Rodriguez. 

              dep FR 1971.jpg

Ickx s’est trouvé englué tandis que Cevert dont le départ a été moyen remonte, il passe les Matra. Hill fait bonne figure après un départ laborieux en conquérant la cinquième place. Siffert exploite son V12 et entame aussi une remontée de même que Fittipaldi parti très loin sur la grille. Le leader a déjà sept secondes d’avance au cinquième tour, son Cosworth tourne du feu de Dieu…Ickx casse rapidement son moteur. Les Matra bien parties n’assurent pas leur position du premier tour d’autant que Beltoise n’a pas eu de nez quant à son choix de pneus durs. Jean Luc Lagardère fait la moue…Regazzoni glisse sur l’huile répandue par Peterson qui a explosé son Alfa, il casse un triangle en heurtant le rail. Rodriguez maintenant second tombe en panne d’allumage permettant à Cevert de passer deuxième. 

Podium-France-1971.jpeg

Le premier doublé Tyrrell semble se profiler mais le moteur du Français émet un bruit inhabituel en raison d’un échappement défectueux. La Tyrrell tiendra bon, la fin de course est animée par Siffert et Fittipaldi qui bataillent pour la troisième place. Le brésilien sort vainqueur de la joute. Cevert est radieux sur son premier podium, il concrétise les espoirs placés en lui et va réaliser une belle seconde moitié de saison ponctuée par une victoire aux USA. Stewart sera sacré champion haut la main, 29 points d’avance sur Peterson la révélation de l’année.

 

*Paru sur le site "Racing'Memories" en juin 2018     

 PS

Photos :  DR

Écrire un commentaire

Optionnel