Xiti

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 Heures d'endurance du Mans 1923

Paris 1922. Georges Durand, président de l’ACO, Charles Faroux, journaliste à La vie automobile et Émile Coquille, directeur pour la France des roues métalliques Rudge-Whitworth, se réunissent en vue de finaliser un projet de nouvelle course, différente des " Grands Prix ". Les trois hommes élaborent le concept d’une épreuve disputée sur 24 Heures. Le but d’une telle compétition est d’éprouver l’endurance des organes automobiles, l’ensemble de la mécanique, les phares pour la partie nocturne ainsi que les capotes qui devront être abaissées durant vingt tours en début de course.

Présentation de l’épreuve

Circuit de la Sarthe .jpg

Le circuit est le même que lors de l’organisation du Grand Prix de l’ACF 1921. Il se déroule sur 17,26 km. La course est ouverte aux voitures inscrites sur catalogue constructeur, aucune modification mécanique n’est admise. L'enjeu est d'atteindre une distance en kilomètres dépendant de la cylindrée du véhicule. Ainsi, les  Excelsior  Albert 1er, de 5 343 cm3 de cylindrée, devaient effectuer 1 558 kilomètres au minimum en 24 heures pour continuer à disputer la Coupe Rudge-Whitworth 1923-1924 lors de l'édition suivante.

Cette règle a eu une conséquence importante sur cette première édition. Certains équipages ont ralenti la cadence dès que leur distance minimum avait été franchie, afin de ménager leur véhicule pour leur permettre de rallier l'arrivée. Elle a néanmoins permis d'obtenir le taux d'abandon le plus faible de l'histoire des 24 Heures du Mans. Après 24 heures de course, 30 véhicules seront à l’arrivée sur 33 véhicules au départ. Le règlement ne prévoit pas de classement mais les officiels publieront un palmarès tenant compte du nombre de tours réels parcourus par les concurrents. Ce que la presse relaiera le lendemain.

Le grand prix d'Endurance de 24 Heures de 1923 est la première manche de la coupe Rudge-Whitworth. Cette coupe existait en 2 formats : biennale (meilleure performance sur 2 grands prix d'endurance) et triennale (meilleure performance sur 3 grands prix d'endurance).

 

Les engagés

BUGATTI-MONTIER SPCL.jpg

Bugatti Brescia et Montier  

Dix-sept constructeurs vont prendre part à la course, la firme Voisin ayant déclaré forfait. Ce contingent est hétéroclite. De la voiture de sport à la pure voiture de série voire au modèle commercial, il y en a pour tous les goûts. Les constructeurs souhaitent  mettre à l’épreuve leur création et tirer partie des prestations réalisées lors de cette épreuve hors du commun. Les retombées publicitaires sont importantes et déjà d’actualité. Pour certains l’aspect endurance prime, pour d’autres il est lié à celui des performances. C’est le cas des créateurs de modèles « sport ». La partie nocturne sera l’occasion de développer et d’améliorer l’efficacité de  l’éclairage. Un constructeur, Georges Irat, a prévu de faire connaître précisément sa consommation moyenne de carburant aux cent kilomètres (contrôle officiel). Les modèles Bignan vont tester le ressort de suspension à flexibilité variable breveté « Fram-Vermot ». Chez Rolland Pilain, parmi les quatre modèles de série faisant partie du catalogue, une des voitures appartient à un client  qui l’utilise depuis un an.

Nombreuses sont les voitures françaises, parmi les plus célèbres on relève des Bugatti, Lorraine-Dietrich, Chenard et Walcker, Brasier, Delage, Berliet, Rolland-Pilain, Amilcar, Salmson, Bignan. Moins prestigieuses : les SARA, Georges Irat, Corre La Licorne, Vinot-Deguingand et une Montier Spéciale sur base Ford T engagée par Charles Montier. Trois voitures étrangères, deux Excelsior belges, une Bentley 3L Sport.Trois couleurs sur les carrosseries : bleu pour la France, jaune pour la Belgique, vert pour la Grande Bretagne. Parmi les pilotes 59 Français, 4 Belges, un Britannique, un Canadien et un Suisse.

Rolland Pilain mans 1923.jpg

Rolland Pilain 

Les essais

Les essais se sont déroulés le vendredi 25 mai 1923. Ils n'étaient pas qualificatifs, la validation du pesage suffisait à la qualification d'office. La grille de départ s'établit en fonction de la cylindrée des véhicules par ordre décroissant (elle reprend ainsi l'ordre des numéros). Les  Excelsior Albert 1er de 5,4 l ayant la cylindrée la plus importante s'élanceront en tête. Le départ s'effectue en ligne selon l'ordre suivant :

 

La course (samedi 26 mai)

Le Grand Prix d'endurance du Mans n’est donc pas à proprement parlé une épreuve de vitesse. L’objectif est d’abord de parcourir la distance minimum imposée par catégorie de cylindrée. Elle est qualificative pour concourir à la Coupe Rudge-Witworth.

Les pilotes sont en grande majorité des amateurs, les professionnels n’ont peu ou pas répondu à l’appel de cette « course » si tant est qu’il y en eut un. Cette épreuve à l’époque apparaissait comme un défi dans sa nouveauté et les difficultés que comportait ce parcours de deux tours d'horloge. En consultant la liste des pilotes j’avoue que peu de noms me parlent. Cependant mes connaissances ont  des limites. Robert Benoist sur Salmson est le seul nom familier. Les Belges André Dills et Nicolas Caërels sont  pilotes usine Excelsior.

24h1923-affichage-17h de course.jpg

Tableau_d'affichage_nocturne_des_24_heures_du_Mans_1923.jpg

 Pour suivre la course un grand tableau d’affichage régulièrement actualisé par des « coursiers » est consultable près des stands. Sur la bande centrale les numéros des voitures, au dessus le nombre de tours minimum à couvrir, en dessous le nombre de tours effectués ainsi que  la distance parcourue. Deux passerelles ont été construites et un camion « de propagande parlée » est installé pour l’information du public. Certains secteurs du circuit ont été goudronnés. Les virages sont éclairés la nuit. Des clairons près des zones d’habitation signalent l’arrivée de concurrents !

La météo est perturbée par un orage au moment  du départ. Les concurrents s’élancent à 16H sous la pluie battante. Les voitures évoluent dans certains secteurs sur une piste de terre boueuse très glissante. Côté vitesse les grosses cylindrées prennent naturellement le dessus.

                 

                 Le_tableau_d'affichage_des_24_Heures_du_Mans_1923.jpg                       CHENARD ET WALKER vainqueurs.jpg

                  Excelsior (cliquer)                                                         Chenard et Walcker (cliquer)

Les Excelsior, Chenard et Walcker , la Bentley, les Bignan et Lorraine-Dietrich se détachent  alors que la Bugatti Brescia 1500 N°29 fait bonne figure.  

       

MANS_1923_TableauAffichage18emeHeure.jpg

Les conditions atmosphériques s’améliorent petit à petit et des équipages se piquent au jeu de la vélocité. Si l’endurance est  l’objectif de cette épreuve, la vitesse pure est cependant restée une motivation  importante pour certains. Pour preuve, le record du tour en course de la Bentley 3L  no 8 (classée 4ème) en 9 mn 39 sec a été établi lors de la dernière heure de course, alors que cette voiture avait déjà dépassé son objectif kilométrique.

 

 

24hdumans1923-Chenard et  Walker des vainqueurs .jpg

Lagache-Léonard / Chenard et Walcker        

Les Chenard et Walker s’imposent au fil des heures. Lagache-Leonard  les « vainqueurs » ont parcouru 128 tours soit 2209,5 km à une moyenne de 92 km/h, meilleur tour en 9 mn 59 sec. André Lagache est ingénieur chez Chenard et Walker, René Léonard chef essayeur de la firme. La seconde voiture du constructeur assure le doublé devant une Bignan et une encombrante Excelsior belge. 

La Georges Irat 4 A3 (moteur 1086cm3) classée 15ème a consommé  8,6L/100 sur l’ensemble de l’épreuve, a effectué 93 tours et  roulé à 66,88 KM/H de moyenne.

Ces premières 24 Heures ont reçu un vif succès populaire. L’idée du « village » avait déjà germé, il était situé derrière les tribunes des Raineries . Ecran cinéma, orchestre, kiosques boissons et restauration étaient installés à proximité de la piste. Rendez-vous est pris l'année suivante!

 

Classement de la presse : les dix premiers (plus de cent tours accomplis)

Pos

Voiture

Moteur / Plaque

Pilotes

Trs : Distance

01

9

CHENARD & WALCKER Sport

2978 S4 (Plaq.: 61720E5)

André Lagache (F) René Léonard (F)

128 trs (2209,536 km)

02

10

CHENARD & WALCKER Sport

2978 S4 (Plaq.: 6?4I2)

Raoul Bachmann (F) Christian Dauvergne (F)

124 trs (2140,488 km)

03

23

BIGNAN 11 HP Desmo

1979 S4

Raymond de Tornaco (B) Victor Gros (F)

120 trs (2071,440 km)

04

2

EXCELSIOR ALBERT 1er

5343 S6 (Plaq.: 29?)

André Dills (B) Nicolas Caerels (B)

112 trs (1933,344 km)

04Bis

8

BENTLEY Sport

2996 S4 (Plaq.: XM6761)

John Duff (GB-CAN) Frank Clement (GB)

112 trs (1933,344 km)

04Ter

24

BIGNAN 11 HP Commercial

1979 S4

Philippe de Marne (F) Jean Martin (F)

112 trs (1933,344 km)

07

11

CHENARD & WALCKER 15 HP Tourisme

2978 S4 (Plaq.: 7902I2)

Fernand Bachmann (F) Raymond Glaszmann (F)

110 trs (1898,82 km)

08

7

LORRAINE-DIETRICH B3-6

3445 S6 (Plaq.: 2848WI)

Gérard de Courcelles (F) André Rossignol (F)

108 trs (1864,296 km)

09

1

EXCELSIOR ALBERT 1er

5343 S6 (Plaq.: 6051I2)

Gonzague Lecureul (F) Flaud (F)

106 trs (1829,820 km)

10

29

BUGATTI Brescia 16S

1496 S4 (Plaq.: 422WI)

Max de Pourtales (F) Sosthène de la Rochefoucauld (F)

104 trs (1795,248 km)

*Paru en juin 2020 sur Racing'memories

PS

Photos : DR

Écrire un commentaire

Optionnel