Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Carnets de Grand Prix #1

                       Grand  Prix de France F1 1974  (5-6-7/07/74) 

     

    20d BRM_P_160.jpg

    Bac en poche et permis depuis peu, le paternel m’avait prévenu : « je t’achèterai une voiture d’occasion lorsque tu commenceras  à travailler ». Encore étudiant, j’avais le droit de conduire la 304 qu’en de trop  rares occasions. Pas question de l’emprunter seul pour aller voir une course auto.

     Mon expérience de la course automobile sur le terrain se limitait aux derniers 1000km de Paris 71, une épreuve de sport prototype à laquelle j’avais assisté dans les meilleures conditions avec un brassard m’autorisant à circuler dans les stands et aux abords immédiats de la piste : une révélation. Au passage ce laisser passer m’avait été gentiment fourni par le beau frère de mon frangin qui travaillait à l’époque chez Total.

    Mon beau frère (cette fois-ci le mien ), connaissant mon intérêt pour le sport auto, me proposa en juin 74 d’assister au G P de France. Début juillet il allait se déplacer dans la région de Dijon. Le Grand Prix se déroulait en effet sur le récent circuit de Dijon Prenois. Il devait me déposer le matin sur le circuit et me récupérer le soir, mon cousin atteint aussi par le virus, se joindra à nous pour ce voyage.

    Je suivais la F.1 sur les magazines que je décortiquais et lors des trop rares retransmissions télévisées. Nous allions  donc assister « pour de vrai » à une course de Formule1 !

    Le circuit de Dijon consistait en un tourniquet vallonné de 1,2km, un peu juste face à des  circuits comme Spa ou le Nurburgring mais le spectateur y trouvait son content puisqu’une petite trentaine de F.1 sur une piste si courte conférait un spectacle permanent.

    Nous voilà donc en route dans la 4L du français Lambda …Au programme vendredi : essais libres le matin  et qualif l’après-midi, samedi idem, dimanche warm up le matin, course l’après midi. Entre ces sessions des essais et courses complémentaires comme la coupe R12 Gordini…Nous étions impatients, fébriles…

    A l’époque les top teams se nommaient Mc laren, Tyrrell, Lotus, Brabham et Ferrari dont les 312 T avaient le vent en poupe avec le duo Lauda-Regazzoni. Les premiers tours de roues des F.1 nous avaient passionnés. Après deux journées d’essais nous en avions plein les yeux, les oreilles…Au matin du Grand Prix, nous étions installés dans la cuvette avant le lâcher de la meute. De ce poste on voyait surgir les F.1 en contre plongée d’une bosse qu’elles dévalaient en poursuivant leur sprint …Très spectaculaire ! Nous attendions de pied ferme…Tour de mise en grille…Les moteurs coupent…Puis se réveillent, additionnant leur sonorité…Pieds droits à fond ils se déchaînent à l’unisson, annonçant l’envolée… Le départ, particulièrement impressionnant quand le peloton déboule moteurs rugissants alors que les pilotes guettent la moindre faille pour passer leur proche adversaire, est dominé par les Ferrari. Qualifiés en première et deuxième ligne, les rouges ne vont pas tenir longtemps la tête, Lauda victime de vibrations dans le train avant ne contient Peterson que 17 tours et se fait lâcher. Le suédois sur l'efficace Lotus 72 remporte son sixième Grand Prix devant Lauda, Regazzoni, Scheckter et Ickx. Nous suivions particulièrement le Team Tyrrell qui venait de perdre Cevert en octobre 73. Depailler était notre pilote favori dans cette équipe. Nous étions déçus de voir que la nouvelle voiture de l'écurie n'était attribuée qu'à Scheckter, le Français devant se contenter de l'ancienne monoplace moins efficace et plus difficile à conduire. Depailler ne put se classer que huitième dans ces conditions.  Ainsi le nordique Peterson triompha sous la chaleur qui s’imposera tout le week-end.

     

    Peterson 74.jpg

     

    Anecdotes : après la course nous déambulions  autour du circuit vide en attendant l’heure à laquelle on nous récupérait, passant à côté d’une tente où l’on vendait des boissons, nous voyons que les vendeurs avaient quitter leur poste alors qu’il restait de nombreuses cannettes non vendues…A cours de désaltérant  nous profitâmes de l’aubaine ! Chaleur, soleil : le cousin au teint fragile dont le visage et les bras concurrenceront la robe du homard au bain marie, s’en rappellera quelques jours …En quittant Dijon-Prenois nous savions que cette course resterait gravée dans nos souvenirs. 

     SdS           

     Photo : 1/ GM : La BRM 161 de F.Migault équipier de Beltoise et Pescarolo, les français de l’époque avec Depailler(Tyrrell) et Jarier(Shadow)- Une de mes photos capturée derrière le grillage du paddock-nous n’étions pas encore rôdés au resquillage pour pénétrer dans cette zone interdite aux spectateurs.

    / DR - Le vainqueur R.Peterson (Lotus 72)

  • Ambiance Box

    Ambiance des stands(Championnat du monde du groupe 6)

                                                                                                     

      En 1976 Renault a éprouvé beaucoup de mal avec ses A 442, bien que très rapides, elles rencontrèrent beaucoup d’ennuis, l'équipe commençant à peine à maîtriser la turbo compression.

    Porsche qui avait travaillé sur le turbo bien avant les Français visait surtout le Championnat du Monde des Marques Groupe 5 avec la 935. La firme de Stuttgart sortit en catimini une 936 Sport (groupe 6) qui s'avéra un "engin" redoutable. Les pilotes Alpine Renault furent souvent trahis par le manque de fiabilité de leur mécanique.

    Porsche avec sa 936 remportera 6 manches sur 7, la première course étant gagnée par Joest sur une vieille Porsche 908/3.

     

     

    11P935__76.jpg

                                                           1 /  Porsche 935

    7.jpg

     2

     rrenault 76.jpg

    49.jpg

    porsche 936.jpg

    10.jpg

     6

    Photos :  @  GM  / 1 Ickx - Porsche 935 / 2-3 JP Jarier - Alpine A 442 / 4- J Laffite - Alpine  / 5 -6 J Ickx -Porsche 936 /                                                        

  • Patrick Depailler

    Ce jeune clermontois timide, après avoir obtenu son diplôme de prothésiste dentaire, dévie sa trajectoire. Attiré par la moto, il va courir puis dériver vers les quatre roues à partir de 1964 par le biais de l’opération « Ford jeunesse ». Cette initiative destinée à rajeunir la troupe des pilotes français va rapidement porter ses fruits. Patrick Depailler,ne pouvant financer seul une saison de course, tente ensuite sa chance au « Volant Shell » en 66. Il finit second en finale derrière François Cevert qui gagne une monoplace.

    Membre du jury, Jean Rédelé, le patron d’Alpine le remarque et l’intègre dans son équipe. La jeune recrue va piloter en proto ainsi qu’en Formule 3. En 1970, Depailler monte en F2 en suivant l’aventure Pygmée mais le petit constructeur ne réussira pas à percer.  

                                                patrick depailler

                                                                   Formule 3

    En 71, c’est le retour en F3 chez Alpine avec cette fois le succès à la clef, Depailler est Champion de France, il gagne le Grand Prix de Monaco F3 devant le gotha de la F.1 la veille de la victoire de Beltoise.

    Patrick Depailler,

    Remarqué par Tyrrell qui suit la filière des pilotes Elf, ce dernier lui offre sa chance en F.1 pour 2 courses en 1972.

    Patrick Depailler,

     L’opiniâtre auvergnat poursuit aussi la F2 avec la March de l’écurie Elf Coombs finissant 3è du Trophée européen mais il se blesse à moto en faisant du tout terrain.

    Ce début de carrière laborieux va prendre une autre tournure fin 73 lorsque, ironie du sort, François Cevert se tue aux essais du GP des USA. Remis de sa fracture, c’est à Patrick qu’incombe la rude tâche de succéder au charismatique pilote français. Depailler va s’affirmer au volant des monoplaces de l’oncle Ken, notamment la P34 à 6 roues, il obtient de belles places d’honneur mais la victoire le boude jusqu’au GP de Monaco 78 où le succès l’attend.

     

    patrick depailler

     

                                        Victoire à Monaco 78

    En 79, Ligier l’embauche, une bonne auto lui permet d’accrocher une deuxième victoire en Espagne.

    Nouvel écueil, un accident de deltaplane lui brise les deux jambes, après une période creuse de convalescence, Alfa Roméo lui offre un retour en F1 pour 1980. Une auto peu fiable l’attend, au milieu de la saison, la trajectoire du Clermontois se brise au cours d’essais privés sur le circuit d’Hockenheim. Une violente sortie de route met fin à ces jours peu avant son 35è anniversaire. Une probable rupture mécanique dans l’ultra rapide Ostkurve prive la F1 de l’un de ses plus valeureux pilotes.

     

    Patrick Depailler / 1944-1980

    SdS

    Photos :  DR

     

  • Compression

    Compression de César ? Non signée Patrick Depailler !

    Au Good year 300 : Première course du Championnat du monde groupe 6 1976 sur le circuit du Nurburgring. Jabouille et son compagnon d’écurie s’accrochent dès le départ de l’épreuve à la suite d’une fâcheuse mésentente entre les deux pilotes…

     

     

    ALP N°2.jpg

     SdS

    Photo : Année automobile 1976 / Patrick Depailler s'en est  tiré sans une égratignure /

  • L'étreinte de la nuit

    livre.JPG

    Le genre érotique est souvent méprisé en matière de littérature. Le sujet touche bien sûr le plus profond de l'intimité, on range souvent ces écrits dans la catégorie "seconde zone". Mais ne dit-on pas qu'il faut tout essayer? C'est le meilleur moyen de trancher...Question d'appréciation... Sadie Matthews nous transporte à Londres où une jeune provinciale va passer quelques temps dans la maison d'une tante en voyage...elle va  faire quelques rencontres... L'auteur reste en marge de toute vulgarité et traite son sujet avec une certaine élégance. Son texte est fluide (sans jeu de mot), elle y maintient le suspense jusqu'aux dernières pages. La traduction française est signée Laurence Boischot                                                                           

    Editions Bragelonne  2013 /                                                            

     PS                                                                                            

  • Henri Pescarolo (Biographie)

     

    Henri Pescarolo,

    Henri Pescarolo est en retraite forcée depuis deux ans à la suite de la liquidation judiciaire de son équipe sport prototype...

    Cet étudiant en médecine discret possédait un avenir tout tracé, reprendre la clientèle de papa après avoir prononcé son serment d’Hippocrate.

    C’était sans compter sur un point de démangeaison  fulgurant qui l’irrite en secret: devenir pilote de chasse ou pilote tout court !

    De plus en plus haut ou de plus en plus vite ? L’opération Ford jeunesse va sceller son destin sportif sur les engins terrestres à quatre roues mais notre homme n’oubliera jamais les objets volants identifiés !

    Tout jeune Henri Pescarolo établit un lien étroit avec l’automobile, le gamin rentre lui même la voiture de papa au garage. Lorsque ce dernier achète une Triumph, le jeune Henri ne peut s’empêcher de la conduire dans l’allée du parc de la maison familiale en banlieue parisienne. Permis en poche, il étonne son paternel par sa maturité au volant notamment lorsqu’il faut forcer l’allure. Il participe en tant que copilote à quelques rallyes régionaux sur la Dauphine Gordini menée par son père. Inscrit en médecine à l’université, Henri tombe un jour sur une publicité présentant l’opération « Ford jeunesse» dont le but est de découvrir et lancer de jeunes talents en sport auto. A l’issue des sélections, il représente la région parisienne dans cette compétition qui fait courir un bataillon de débutants sur Lotus Seven.

    Henri Pescarolo,

    Le jeune étudiant délaisse les amphi et va frapper chez Matra qui le recrute dans le service Formule 3. Il découvre d’abord les autos au contact des mécanos et s’occupe des commandes et réceptions de pièces. Il apprend la mise au point et le patron JL Lagardère va lui proposer de passer derrière le volant après avoir monté lui même sa monoplace. Après une année d’apprentissage en 66, il remporte le Championnat de France F3 67. L’année suivante  Henri grimpe les échelons avec la jeune firme française et passe en F2. Le pilote français court aussi en prototype et 1968 le voit établir une performance remarquée au Mans (il pilote de nuit sans essuie glace sous le déluge) où la Matra 630

    Henri Pescarolo,dispute la victoire à la Ford de Rodriguez avant qu’une crevaison ne détruise l’arrière de la voiture. Il a piloté au cours de la nuit sous le déluge sans essuie glace. Sa saison 69 va tourner court, des essais au Mans sur la 640 qui décolle dans les Hunaudières l’envoient à l’Hôpital avec fractures et brûlures au visage. Il a failli y rester, sa convalescence va être douloureuse mais rapide. Henri passe àla F1 la saison suivante tout en pilotant aussi en proto. Il réalise une saison F1 aussi encourageante qu’honorable (3ème place à Monaco) Henri Pescarolo,mais reçoit une claque lorsque Lagardère se passe de ses services pour 71. Il manque de rentrer en F1 chez Brabham cette année-là mais il est séduit par Franck Williams qui lui promet une auto compétitive. Hélas le premier choix se serait avéré plus judicieux car les March et Polytoys privées manquent de vélocité comme de fiabilité. Le pilote se rattrape en proto, Matra le réembauche en 72 et il va enchaîner trois victoires consécutives aux 24H du Mans.Henri Pescarolo, Alors que l’endurance lui sourit, la F1 le boude, il effectue une piètre saison en 74 sur une mauvaise BRM puis quelques tentatives privées sans lendemain. Il est régulièrement sollicité en proto (Inaltera, Porsche, Lancia, Sauber, Jaguar, Rondeau, Courage) et remportera un quatrième succès au Mans sur Porsche en 1985.  A son actif les 1000km de Paris en 70, les 1000km de Brand’s Hatch en 71, 10 victoires avec Matra en championnat du monde des marques de 72 à 74, des victoires à Spa, Zeltweg, Watkins Glen en 75 pour Alfa Roméo, aux 24H de Daytona en 91. Il forme par la suite à l’endurance de jeunes français au volant de Courage qu’il continue à piloter dans les années 90 (33 participation au Mans). Il court au Dakar et parraine aussi la Filière Elf sur le circuit du Mans. Après être revenu au pilotage dans les airs (ULM et records en monomoteur), il s’oriente vers la direction d’une écurie de course d’endurance en collaboration avec Peugeot d’abord puis avec Judd.Henri Pescarolo, Il va défier au Mans avec une petite structure privée des usines comme Audi et Peugeot, se forger la reconnaissance du public et des grands constructeurs mais son combat pugnace pour l’emporter n’est pas récompensé tant la confrontation est inégale. Ses voitures finissent secondes de l’épreuve mancelle en 2005 et 2006. Henri Pescarolo,

     

     

     

     

    Lorsqu’il jette l’éponge en 2010, sa cote de popularité est telle qu’une contribution publique de supporters et des appuis professionnels le remettent en lice en 2011. 2012 sera une année de mauvaise augure, l’homme est lâché par son partenaire à l’encontre de qui il entre en action judiciaire, il ne trouve pas d’autre associé ni d’appui financier pour continuer après les 24 Heures. Au bilan, l’équipe Pescarolo aura eu le temps de se distinguer durant quelques années en Championnat LMS sur les circuits européens (Championne en 2005 et 2006 et vice Championne en 2007).

    SdS

    Photos : 1-2-3-4-5-6 :DR / 7 :@ SdS