Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Décennie Fangio / Grand Prix de l'ACF 1954

                                   D’un souffle entendu…

« Prêté » par Mercedes qui a retardé la sortie de sa voiture,  le Champion du Monde argentin a remporté les Grand prix d’Argentine et de Belgique sur une Maserati en début de saison avant de rentrer dans le giron allemand au volant de la nouvelle Mercedes W 196. Enfin prête pour l’épreuve française, cette dernière répond à la récente réglementation, moteur 2500cc atmosphérique (ou 750 cc suralimenté), carburant libre. En terre rémoise l’impressionnante « machine de guerre » va survoler la course.

Juan Manuel Fangio est largement en tête du Championnat devant Trintignant avant la manche française. Le circuit de Gueux accueille 25 voitures en ce début juillet. Six marques vont concourir : Maserati (250F- A6SSG), Ferrari ( 553- 625- 500 ), Gordini (T16) , HWM (53), Vanwall (Special) et la nouvelle Mercedes (W 196). La production allemande arbore une élégante carrosserie aérodynamique enveloppante adaptée aux longues lignes droites du circuit de Reims. Son aspect « sport » tranche avec celui traditionnel de ses concurrentes.

             Fangio_54_france_02_Bernard Cahier.jpg

 Les essais confirment au niveau du chronomètre l’impression de puissance dégagée par l’allemande. Fangio s’impose pour 1 seconde face à son équipier allemand Kling tandis que son compatriote Froilán Gonzáles (Ferrari) de même qu’Alberto Ascari (Maserati) se sont « sorti les tripes ». L’Italien est troisième à 1’’1, L’Argentin à 1’’2. Les écarts se creusent ensuite : 2’’2 Marimón sur Maserati, 5’’7 Bira (Maserati), 5’’9 pour le troisième homme Mercedes Hans Herrmann… Les pilotes français les plus rapides se classent 9ème : Trintignant, 12ème : Manzon, 13ème : Rosier, tous trois sur Ferrari. Les Anglais Hawthorn (Ferrari) et Salvadori (Maserati) partiront respectivement en huitième et dixième position. L’Argentin Mieres obtient le onzième temps sur Maserati. Les Gordini de Behra , Pollet, Frère et Berger ne peuvent suivre le rythme sur le rapide circuit de Reims. A défaut de chasser le chrono, elles courent la prime de départ, principale ressource financière de l’écurie.

                       mercedes-benz Fra 54.jpg

L’apparente ambiance sereine et conquérante chez Mercedes n’est qu’une façade. Les calculs de consommation sont revus à la hausse au point de nécessiter un arrêt ravitaillement  supplémentaire en course(1). L’équipe est inquiète, la solution consiste à installer un réservoir supplémentaire. L’usine est appelée pour faire confectionner dare-dare et ramener au plus vite les outres additionnelles. Les W 196 seront prêtes à temps, les mécanos ont bien travaillé.

mercedes-benz France 54.jpg

              depart-grand-prix-1954.jpg

Dimanche 4 juillet 14H 30 les voitures sont mises en grille, deux Mercedes une Maserati, deux Champions du Monde en première ligne. Le temps est menaçant, les Mercedes carénées prennent beaucoup de place sur la piste aux côtés des autres monoplaces qui paraissent bien frêles. 14H45 le drapeau s’abaisse, Kling s’élance devant la meute avec Fangio dans ses roues tandis qu’Ascari, en proie à des soucis de transmission se fait déborder par nombre de concurrents. Gonzáles fait illusion pendant quelques tours en suivant de près les deux Mercedes mais elles vont s’échapper, prenant plusieurs longueurs d’avance sur la Ferrari de l’Argentin et celle d’Hawthorn. Au troisième tour Fangio prend le dessus sur Kling mais ne le lâche pas pour autant. Behra se fait remarquer en accrochant la treizième place sur sa Gordini. La transmission d’Ascari a finalement rendu l’âme, Hans Herrmann remonte, il va venir inquiéter Gonzáles troisième. Il passe l’Argentin au onzième tour mais ce dernier reprend sa position au tour suivant. Le moteur de Gonzáles casse peu après dans Thillois, Herrmann évite de peu la Ferrari en tête à queue. Hawthorn a renoncé aussi sur casse moteur. Trois Mercedes pointent alors en tête, Herrmann tente de se rapprocher de ses équipiers mais son moteur très sollicité se met à fumer. 

             Herrmann_1954_France_01_Bernard Cahier.jpg

Sa fougue l’a amené à effectuer un surrégime qui s’avère fatal, l’Allemand abandonne. Quarante secondes séparent maintenant les leaders de Marimón troisième. Sa Maserati souffre soudain de problèmes de boîte de vitesse, l’arrêt au stand du pilote argentin offre la troisième  place à Bira suivi de près par Trintignant et Behra. Les trois pilotes assurent le spectacle, roues dans roues alors qu’ils se présentent de front dans Thillois Behra heurte Trintignant. Le pilote Gordini perd quatre tours au stand pour réparer, sa course est compromise. Les deux hommes s’expliqueront virilement après la course.

A mi-course Bira concède une minute et demie sur l’inaccessible duo de tête qui change souvent de position. Trintignant est contraint d’abandonner, la dernière Ferrari officielle disparaît.

             gp-reims-1954.jpg

Soudain la pluie s’invite, Fangio dans ces conditions difficiles creuse petit à petit l’écart sur son équipier. Manzon va aussi en profiter pour passer Bira. La pluie passagère  quitte la fin de course, Bira reprend sa troisième place au cinquante-huitième tour.

 La fin de course approche, soudain Fangio qui caracolait à l’avant poste lève le pied, les spectateurs s’émeuvent…La plupart n’ont bien sûr pas vu le panneautage de son stand, Mercedes souhaite une arrivée groupée. Les deux hommes font jonction jouant au jeu du chat et de la souris. Dans la dernière ligne droite après l’épingle de Thillois le moteur de Bira a désamorcé, le prince cède la troisième place à Manzon. Villoresi (Maserati) se classe cinquième et Behra ferme la marche des pilotes classés.  

reims_1954 arrivée.jpg

        Les deux Mercedes ont passé la ligne pratiquement côte à côte. Kling, discipliné, a logiquement  maintenu un léger écart en faveur de son chef de file. El Chueco(2) sera Champion pour la seconde fois à l’issue de cette saison. La décennie Fangio est bel et bien établie.

Fangio Kling reims.jpg

                                    JM Fangio  /  K. Kling

  • 1 /Le carburant utilisé par Mercedes se compose du cocktail suivant : benzol (45%), alcool méthylique (25%), essence (25%), acétone (3%), nitrobenzène (2%).
  • 2 /Surnom sarcastique donné à Fangio, littéralement « le tordu » en référence à ses jambes arquées.

   PS 

*(Publié précédemment sur "Racing'memories)

  Photos :  DR

          

Les commentaires sont fermés.