Xiti

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Victoire de l'aigle - Grand Prix de Belgique 1967

L’ex G.I. engagé dans la  guerre de Corée se passionne à son retour au pays  pour la conduite sportive. Il est né à Port  Jefferson (Long Island) aux US.  Son aisance au volant est remarquée par Luigi Chinetti qui lui confie le volant de Ferrari sport. L’ « Ingeniere »  lui donne sa chance en F1.  Dan va devenir une valeur sûre pour les écuries de Formule 1. L’homme n’était pas dénué d’esprit d’entreprise. A l’instar de quelques pilotes il se lança dans la construction de monoplaces. Celles-ci portaient  naturellement le nom du symbole des Etats Unis.

 

Le challenge Gurney

L’aventure commence en 1966. Dan Gurney qui lie une carrière aux USA à une autre en Europe courut en F1 pour Ferrari, BRM, Porsche  puis Brabham. Il  a offert  à Porsche et Brabham leur premier succès en Formule 1. A l’aube de la saison 66 il n’affiche à son compteur que trois victoires en F 1 . Mais Clark le considère comme son plus dangereux adversaire. A l’issue de la saison 65  Il quitte l’écurie Brabham  pour emboîter le pas de son ancien employeur et celui de Bruce Mc Laren. Créer une équipe de Formule 1.

1966-Mexico-Dan-Gurney-Eagle-Climax.jpeg

Formule 1

 Gurney s’est lancé dans la construction d’une monoplace baptisée Eagle. Elle est conçue par Len Terry. Cette monoplace est destinée à courir sur deux fronts. Aux US en formule USAC (MK2) avec un bloc V8 Ford  et en Formule 1 (MK1) équipée d’un V12.

Eagle mk2 Indy 66-Gurney-.jpg

Formule Indy

En  attendant le Weslake 3 litres commandé par Gurney et conçu par Aubrey Woods, transfuge de BRM, la MK1 est équipée d’un moteur Climax 2.8L 4 cylindres. Une mécanique qui n’est pas parmi les plus puissantes. Elle assurera le début de saison 66. La voiture équipée du propulseur initial sera prête pour le Grand Prix d’Italie.  

 Cette première saison sera difficile, 4 points glanés et une douzième place au classement pilotes du Championnat du monde. Si le châssis Eagle est bien né Gurney a été confronté au manque de fiabilité mécanique de sa monture. Le V 12 souffre d'un problème de jeunesse,  la récupération d’huile est déficiente, il se « noie » et perd de la puissance. Weslake doit revoir sa copie.

 

Un but atteint

Début janvier 67 Gurney utilise le Climax en Afrique du sud où il abandonne à la suite d’un problème de suspension. Le V12 Weslake remanié est prêt pour la Course des Champions le 12 mars (hors Championnat). Gurney l’étrenne par une victoire de bon augure pour la suite de la saison. Mais à  Monaco, l’Américain renonce en début de course sur rupture de pompe à essence. A Zandwoort  c’est  un souci d’alimentation qui ruine encore la course de Dan parti en première ligne, deuxième temps des essais. Consolation royale, le 11 juin il triomphe au Mans associé à Foyt sur la Ford MK IV.

Spa-Francorchamps

A l’aube du Grand Prix de Belgique à Spa Hulme sur sa Brabham est en tête du Championnat devant Rodriguez, Clark , Brabham, Amon au volant respectivement d’une Cooper, Lotus, Brabham, Ferrari.

Le châssis  Eagle se comporte à merveille, le V12 Weslake à la sonorité envoûtante tourne enfin rond. Il reste à couvrir la distance d’un Grand Prix de Championnat du Monde. Le circuit de Spa est un des points d’orgue de la saison. Les essais sont dominés par la Lotus 49 de Clark qui réalise une pole exceptionnelle en  3’28’’1. Dan Gurney se positionne en outsider à deux secondes de l’Ecossais. Il domine Hill troisième temps des essais au volant de la deuxième Lotus.

D Gurney spa 67.jpg

Une journée ensoleillée est prévue pour la course ce 18 juin. Clark bondit en tête au départ tandis que Hill reste sur la grille pour un problème de batterie. Gurney s’élance moyennement. Stewart au volant de la BRM H16 double Rindt et part chasser Clark.

clark Stew Belg 70.jpg

Clark - Stewart

Dan double Rindt et Amon lors du deuxième tour et occupe ainsi la troisième position. Les trois hommes commencent alors à asseoir leur domination. Clark réalise un début de course fantastique mais au treizième tour son élan est brutalement coupé.  Son Cosworth tourne sur sept cylindres. Il passe par les box, une bougie est cassée. L’écossais perd du temps et repart en huitième position. Stewart prend le relai en tête mais pour huit tours.  Gurney remonte régulièrement sur la BRM. En fait Stewart est en délicatesse avec sa tringlerie de boîte qui saute, il doit maintenir son  levier. Gurney fond sur sa proie comme le pygargue. Il passe en tête au 21ème tour et s’envole. Parkes est sorti  violemment, sa voiture s’est retournée, il est victime de fractures. Stewart poursuit malgré son problème alors que Clark qui tentait de remonter est maintenant en proie à des soucis d’embrayage. Gurney a battu le record du tour pendant sa remontée sur Stewart.  Le pilote américain passe le drapeau à damier avec un peu plus d’une minute d’avance sur la BRM. Le Team Eagle triomphe. Gurney est radieux, autant pour son équipe que pour lui. Il sait que sa victoire est aussi le fruit du travail effectué par l’ensemble des membres de son écurie (Voir  Gurney : l'étoffe d'un héros   Racing’memories).

POD Spa 67.jpg

 La suite de la saison sera moins favorable. Gurney monte une fois encore sur le podium, une troisième place au Canada mais il est victime d’abandons à répétition sur problèmes mécaniques lors des autres courses. L’Américain termine huitième du Championnat.

 L’aigle retourne au nid

 En 68 Gurney poursuit en F1 mais les performances de son Eagle sont en baisse. En manque de budget pour faire évoluer sa voiture  il finira la saison sur une Mc Laren. On le retrouvera en 70 lorsqu’il reprendra le volant d’une Mc Laren F 1 pour quelques courses après la disparition de Bruce. A partir de 1969 Dan Gurney se consacre aux courses américaines, Nascar (Ford-Chrysler), CanAm avec une Mc Laren , USAC avec

ses Eagle.Gurney_1969 Indy.jpg                   canam1970 Gurney b.jpg

                                                                                                                  Mc Laren CanAm (cliquer)

Ces dernières triomphent à trois reprises lors des 500 Miles d’Indianapolis, en 68 (B.Unser-champion), 73 (G.Johncock)  et 75 (B.Unser). Bobby Unser est champion en 1974. Si Dan remporte plusieurs victoires en USAC il échoue très près du but sur le speedway d’ Indy, second en 68, également en 69 puis troisième en 70. Il raccroche alors son casque et se consacre à la direction de son écurie. Après le Championnat USAC, le CART ainsi que la catégorie IMSA où son équipe se distingue. Son retour en Indy Car en 1998 et 99 se solde par de faibles résultats. AAR (All American Racers) réduit ensuite son activité. La structure dirigée par son fils  participa au  projet  « Delta Wing » concrétisé lors des 24 H du Mans 2012. Le pilote  constructeur s’est éteint en janvier 2018 à l' âge de 86 ans.

PS

Photos : DR

* Paru sur "Racing'memories" en août 2019

 

Écrire un commentaire

Optionnel