Xiti

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La voiture aspirateur

    CA70Chaparral.jpg

    La compétition automobile à la fin des sixties : alors que la majorité des ingénieurs se concentraient sur l’aérodynamique externe, gréant les autos de force ailettes, dérives, ailerons… Jim Hall, californien astucieux, eut l’idée géniale de la voiture aspirateur. Il monta sur son prototype Chaparral V8 Canam (Championnat Canada Amérique) un moteur deux temps auxiliaire actionnant deux ventilateurs destinés à aspirer l’air sous la voiture afin de créer une dépression et «coller » son châssis à l’asphalte.

    Le système est optimisé par l’adjonction d’une « jupe » en Lexan élastique autour de la partie arrière de l’engin. Elle contribua à étanchéifier le vide crée sous l’auto, l’ensemble fut bougrement efficace. La tenue de route de la Chaparral était bien supérieure à celle de ses concurrentes, son efficacité proportionnelle à la laideur de sa carrosserie cubique.

    Les inconvénients de ce système, il en fallait, c’était qu’on devait compter sur la fiabilité de deux moteurs à la fois, on doublait donc les risques de problèmes mécaniques et puis les ventilateurs projetaient poussière et graviers sur les pilotes suiveurs.

    chaparral_2j_.jpg

    Les compétiteurs de Chaparral firent tout pour réclamer l’illégalité de ce système vis-à-vis du règlement de la Canam, ils eurent gain de cause. Cette idée géniale fut reprise en Formule 1 chez Brabham en 78. Elle permit à Niki Lauda d’imposer sa monoplace haut la main lors du Grand Prix de Suède. La Fédération Sportive Automobile internationale s’empressa …d’aspirer l’idée en décrétant ce point technique illégal !

    1BRAB BT 46B.jpg

    cliquer

    PS

    Photos: DR

     

  • 24 Heures d'endurance du Mans 1923

    Paris 1922. Georges Durand, président de l’ACO, Charles Faroux, journaliste à La vie automobile et Émile Coquille, directeur pour la France des roues métalliques Rudge-Whitworth, se réunissent en vue de finaliser un projet de nouvelle course, différente des " Grands Prix ". Les trois hommes élaborent le concept d’une épreuve disputée sur 24 Heures. Le but d’une telle compétition est d’éprouver l’endurance des organes automobiles, l’ensemble de la mécanique, les phares pour la partie nocturne ainsi que les capotes qui devront être abaissées durant vingt tours en début de course.

    Lire la suite