Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gp france 1992

  • Carnets de Grands Prix # 17

                Grand Prix de France / Magny-cours 3-4-5 juill 92

     

    En 92 pas de Grand Prix de France pour raison professionnelle. Mon neveu se libère pour y assister avec un copain...Compte rendu livré :

    Cette année-là Jean Jacques et Pascal roulaient direction Nevers pour le week-end du G P de France . Le nouveau circuit de Magny-cours en est à son deuxième G P de F.1 . C’est tout neuf mais on a une impression de pas encore fini. La tente est plantée dans un champ qui surplombe la piste.

    Les essais confirment la supériorité des Williams Renault et  Mc Laren rame derrière : pôle pour Mansell devant Patrese puis Senna et son équipier Berger.

    En souvenir du P. Ricard nos deux joyeux lurons se prennent un petit jaune en soirée avant de squatter les stands (de l’utilité de la pince coupante)…

    Dimanche matin ils sont postés devant l’épingle d’Adélaïde, un freinage stratégique après la ligne droite. Au  départ Patrese bondit devant Mansell, les Williams vont s’échapper tandis que Senna et Schumacher le jeune allemand de Benetton s’accrochent,

     

    f11992magnycours.jpg

     

    déclenchant un superbe bouchon d’où se faufilent tant bien que mal de nombreux pilotes. Nos deux gars étaient aux premières loges ! Le 18è tour est le  moment où les nuages qui se sont amassés au dessus de la piste décident de libérer des hallebardes. La course est interrompue…Deuxième départ une fois le déluge passé : les rôles sont inversés, Mansell devant Patrese. Les positions ne bougeront plus quant aux deux premiers. Malheureusement il ne se passe plus grand chose  ensuite que le défilé victorieux des Williams avec le diabolique moustachu en tête. La troisième marche du podium revient à Brundel Sur la Benetton.

     

    1992_french_grand_prix_mansell_brundle_podium.jpg

     

    Nos deux compères se préparent à rentrer lundi et Jean Jacques qui a reçu entre temps un RV pour signature d’embauche s’est payé le luxe de le faire reporter à mardi auprès de son futur employeur !

     Jean Jacques M. pour SdS 

    Photos: DR