Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La décennie Fangio / GP d'Italie 1957

                                   Monza 1957

                               La leçon anglaise

 

Fin du premier tiers de course sur l’autodrome de Monza,  Stirling Moss mène la danse. La puissance de sa Vanwall a eu raison de la voiture de son poursuivant. Fangio perd du terrain  et décroche peu à peu. Il ne peut plus se servir de l’artifice de l’aspiration qui l’avait maintenu jusqu’alors péniblement dans le sillage de l’anglais. Un seul espoir pour l’argentin, profiter d’un éventuel incident  survenant sur  la voiture de son rival.

Dernière course de la saison, le Grand Prix de Monza ne modifiera rien au classement du Championnat Mondial. Après le dernier Grand  Prix  couru à Pescara Juan Manuel Fangio comptabilise 40 points qui face aux 17 de Moss second font de lui le Champion 1957. Ce titre obtenu à l’issue du dernier Grand Prix d’Allemagne qu’il remporta avec panache constitue sa cinquième couronne. Un record qui sera long à égaler.

La course de Monza est l’occasion de fêter le titre de Maserati « à la maison ». Une auto est cependant présente pour gâcher la fête italienne. La Vanwall VW5 a le vent en poupe. Moss l’a imposée à Pescara sur un circuit propice à cette voiture. Les quelques 25 km de la boucle aux deux longues lignes droites ont permis de faire parler la puissance de l’anglaise. Cette monoplace à l’aérodynamique très fluide est propulsée par un 4 cylindres issu de l’adjonction  de quatre mono cylindres d’origine Norton Manx dans une culasse unique. L'un des moteurs les plus puissants du plateau.

grille ital 57 Fang Brook Moss Lewis-Evans.png

La configuration de l’autodrome est bien sûr défavorable aux voitures italiennes. Les essais ont confirmé la hiérarchie du moment. La grille 3/2 accueille sur la première ligne trois pilotes et voitures britanniques. Le vert est mis à l’honneur. Stuart Lewis-Evans a arraché le meilleur temps devant Moss et Brooks. Au volant de la Maserati 250F Fangio, Behra et Schell ont été dominés et se classent à la suite dans cet ordre. Les Ferrari 801 quant à elles sont archi-dominées, Collins est septième précédant  Von Trips, Musso et Hawthorn.  L’amour propre des italiens est sérieusement affecté au point que les organisateurs décident au dernier moment de transformer l’ordonnancement de la grille qui passe de 3/2 à 4/3. Ainsi le rouge pourra apparaître sur la première ligne avec la présence du récent Champion du Monde.

Sous la chaleur encore bien présente en ce début septembre les monoplaces s’élancent pour quatre-vingt sept tours. 

                        

Fangio Moss_57_ital début de course.jpg

Fangio / Moss  © Bernard Cahier

Les trois Vanwall prennent la tête menées par Moss. Fangio parti prudemment est passé par Behra et Musso. Fangio réagit en repassant Musso tandis que Behra exploitant l’aspiration mène brièvement. Fangio aussi s’accroche et parvient de la même manière à prendre le meilleur sur les anglaises au prix de contrôles tendus en courbes rapides. Après ce début de course animé les positions vont se hiérarchiser. La vélocité des Vanwall  permet à leurs pilotes de s’échapper.  Brooks prend la tête puis Lewis-Evans assure le relai.

 Mais les « verts » vont bientôt connaître des soucis. L’accélérateur de Brooks l’oblige à passer aux stands. Après que Moss soit passé à l’offensive à l’avant poste c’est au tour de Lewis-Evans de  stopper. C’est plus grave, sa culasse est fendue.

 Dès lors Moss tient la tête. Fangio, petit à petit hors de portée du sillage aérodynamique de la Vanwal,  semble impuissant. D’autan qu’un problème de pneu à mi course l’éloigne encore plus du leader.

ITAL 57 BEHRA.jpg

J.Behra

Behra est hors course suite à une surchauffe moteur. Moss tient la course en mains et triomphe en terre italienne. Après son  passage sous le drapeau à damier suivi de Fangio, Von Trips  accède au podium.

gpitalia_moss ravitaillement-1957.jpg

Stirling Moss

L’écurie anglaise finit la saison en trombe après avoir infligé une nouvelle leçon aux  voitures italiennes.

                                 

jm Fangio.jpg

Fangio   / © Bernard Cahier

Juan Manuel Fangio a remporté le dernier Grand Prix de sa carrière lors de cette saison. Il rangera son casque en 1958 après avoir encore disputé son Grand Prix national ainsi que  le Grand Prix de France sur une Maserati ex-usine.  Cinq titres, il faudra attendre un bout de temps pour voir un pilote égaler cette performance. Michael Schumacher remportera son cinquième titre en 2002. Sept ans auparavant le champion argentin s’éteignait à l’âge de 84 ans.

FC

*(publié précédemment sur "Racing'memories")

Photos: DR (sauf indication)

Les commentaires sont fermés.