Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La décennie Fangio / GP de Monaco 1955

                                       Monaco 1955

                         La Déroute des flèches d’argent

 

Quarante neuvième boucle de course, Juan Manuel Fangio sent soudain sa mécanique le trahir. La Mercedes décélère contre le gré de son pilote, la transmission a cédé. L’argentin voit son équipier Moss le dépasser et filer vers une possible victoire... A moins que le sort ait décidé d’en disposer autrement… 

L’équipe Mercedes arrive en conquérante sur le sol monégasque. Juan Manuel Fangio a triomphé sur ses terres lors du premier Grand Prix de la saison. Ses équipiers Kling et Moss ont abandonné. Ils ont relayé Herrmann et ont fini quatrièmes, se sont donc partagés les points. Chez Ferrari, Gonzales, Farina et Trintignant épaulés tous trois par Maglioli en ont fait autant. Deux voitures  ont fini la course aux deuxième et troisième places sur les trois engagées. Les points ont aussi été répartis*.  Fangio qui a piloté seul a bien sûr engrangé la totalité de son gain donc 9 points. Il a déjà pris de la marge au classement du championnat.

alberto_ascari__monaco_1955.jpg

A.Ascari    Lancia D 50

Sur le Rocher, Les essais sont âprement disputés. Ascari au volant de la Lancia D50 fait jeu égal avec Fangio. Les deux hommes ont tourné tous deux en 1’ 41’’1 dans leur tour le plus rapide. Moss n’a pas démérité, ne leur concédant qu’ 1/10è. Castellotti  au volant d’une autre Lancia met en évidence les qualités de cette dernière. Quatrième position en 1’ 42’’ 0. Jean Behra se positionne cinquième sur la grille, 1’’42’’5 à bord de sa Maserati 250F. Suivent Mieres (Maserati), Villoresi (Lancia), Musso (Maserati). Trintignant sur Ferrari se place neuvième devant son compatriote Simon qui remplace Herrmann  blessé sur une troisième Mercedes.

monaco-1955.jpg

Sous un beau soleil méditerranéen, le départ est très disputé. Le premier virage du  Gazomètre est le théâtre de l’affrontement des trois hommes issus de la première ligne. Ascari  est entouré de Fangio et Moss. Fangio vire à l’intérieur tandis que Moss retarde son freinage et se porte au côté de l’argentin à l’extérieur. Fangio prend le dessus dans la montée vers le Casino tandis que Castellotti  a pris le meilleur sur Moss. Ascari est du coup relégué en quatrième position. Au cinquième tour Les deux flèches d’argent prennent le pouvoir, Moss a doublé Castellotti. Dix-septième tour Behra qui est passé à l’offensive s’impose en troisième position après une belle passe d’arme avec Castellotti tandis qu’Ascari rétrograde en cinquième place. Trintignant fait une belle course en remontant régulièrement au classement. Il passera quatrième au quarante-deuxième tour.

monaco-55 Fangio Moss.png

Les positions se figent un moment  mais à mi-course Fangio est victime de sa transmission à bord de la W196. La mort dans l’âme il  laisse son équipier prendre les affaires en main.

L’ anglais domine avec facilité. Alors qu’il semble rouler vers une victoire probable, Moss rentre au stand au tour 81. Il est victime de son moteur qui ruine sa belle course. Ascari  n’aura pas le temps d’en profiter. Il sort de la chicane du port en perdition, heurte une précaire barrière en bois et plonge dans le port. De l’huile dans le secteur aurait été signalée suite à l’incident de Moss… Les plongeurs récupèrent l’italien sain et sauf.

TRINTIGNANT MON 55.jpg

monaco 55-grand-prix-f1.jpg

Récompensé par sa constance au volant de la Ferrari 625, Maurice Trintignant émerge  en tête du Grand Prix.  Suivent Castellotti qui a marqué le pas et Perdisa. Le français ne sera plus inquiété jusqu’au drapeau qu’il franchit  tout en enregistrant  son premier succès dans la catégorie reine. Behra victime d’une sortie de route finit troisième en relayant Perdisa sur sa Maserati.

Juan Manuel Fangio privé d’un succès monégasque va se rattraper et remporter encore trois Grands Prix. Le champion  enlève son troisième titre en 1955. Il doit changer d’employeur pour la saison suivante, Mercedes après  le terrible accident de Levegh au Mans tirera sa révérence à l’issue de cette année. 

 

* Durant cette époque les changements de pilotes étaient courants. Un système de partage des points était en vigueur. Exemple : la Ferrari N° 12 qui a fini deuxième en Argentine derrière Fangio fut pilotée par Gonzales (60 tours), Farina (20 tours) et Trintignant (16 tours). Trintignant dont la voiture a abandonné a lui-même piloté la voiture de Farina n° 10 (troisième) comme Maglioli. Les trois premiers pilotes cités se sont vus attribuer respectivement 2pts, 3,33pts et 3,33pts  et Maglioli 1,33pts (les 10 pts obtenus par les 2 voitures sont partagés ! - Ref Statsf1)

PS

Photos : Départ  © B.Cahier / Autres DR

Écrire un commentaire

Optionnel