Xiti

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 H de Daytona 1969 course à l'élimination

 Le circuit de Daytona en ce début février 1969 fut le théâtre d’une course dont le scénario se résuma à un seul qualificatif : « indécis ». En matière de course automobile comme chacun le sait tout peut se produire mais en cette année la destinée mit du temps pour élire son vainqueur. A n’en pas douter elle affichait la fibre Yankee.

Ambiance

A Daytona Beach la migration annuelle de fin janvier amène pilotes et amateurs de voitures de sport  sur le Speedway pour la première grande course d'endurance internationale de la saison, les 24 Heures.

Du côté de la plage de la ville de Daytona, l'artère principale, connue sous le nom d'A1A, est sillonnée par des voitures exotiques comme des Ferrari, Alfa Roméo, Cobra, Lancia avec une pincée de MG, TR4 accompagnées des Ford, Pontiac et Chevrolet locales. La « faune » qui circule près des voitures arbore le plus souvent cheveux longs et favoris côté masculin tandis que déambulent des jeunes femmes bottées aux jupes très courtes. Il ne fait pas de doute que certaines quinquagénaires fréquentant le secteur sentent leur cœur chavirer et que plus d'un résident senior est victime de problèmes cervicaux. Beaucoup de têtes se tordent et se retournent pour apprécier les morphologies. N’a-t-on pas qualifié cette année d’érotique ? Dans l’espace réservé au public les camping cars, caravanes, pick-up et voitures particulières se positionnent pour plusieurs jours. Les tentes et auvents fleurissent, les spectateurs s’organisent. Les plus démunis se contentent d'une chaise longue, de leur sac de couchage.

Les engagés

Dans l’enceinte du circuit côté voitures l’esthétique prime.

porsche dayt 69.jpg

Les graciles Porsche 908 3L à la silhouette effilée côtoient  les compactes Ford GT 40 qui rivalisent avec les Lola T70.

FORD DAYT 69.jpg

LOLA Penske Dyat 69.jpg

Parmi ces dernières celle de l’écurie Penske (MKIIIB) affiche la robe la plus seyante, un bleu foncé et liseré or du plus bel effet (Donohue-Parsons). La Matra 630 aux formes généreuses joue aussi la « pin up »(Pescarolo-Servoz-Gavin).

MATRA 630 DAYT 69.jpg

Porsche vainqueur en titre a déplacé l’armada, cinq 908L (Siffert-Hermann)-(Attwood-Buzetta)-(Elford-Redman)-(Schütz-Mitter)-(Stommelen-Ahrens).  John Wyer Automotive présente deux GT 40 livrée  bleue horizon (Ickx-Oliver et Hobbs-Hailwood). Du côté des Lola  l’équipe américaine AIR appartenant à l’acteur James Garner engage deux T70 MKIII  (Leslie-Motschenbacher) et (Patrick-Jordan), l’écurie  Switzerland  présente  une T70 MKIIIB (Norinder-Bonnier) en parallèle avec une Porsche 910. Ferrari est absent, la 312P n’est pas prête.  Porsche 906, 907, 910, Alfa 33/2, Ferrari Dino, Chevron B8 complètent le plateau proto tandis que les nombreuses Porsche 911T, des Chevrolet Camaro, Corvette, des Pontiac Firebird, Mercury Cougar  couvrent le plateau GT.

Dans la presse automobile à l'époque on évalue les chances de Ford et ses GT40  engagées par les anglais de John Wyer Automotive. Ford est le champion en titre grâce à sa victoire mancelle obtenue face à Porsche.

Qualifications / Course

Les discussions de bord de piste tournaient autour des performances des Porsche. Allaient-elles renouveler leur domination de l'année précédente traduite par un triplé vainqueur. Les perspectives paraissaient bonnes.  La dernière version de la Lola T70 (MK IIIB) semblait cependant  pouvoir donner la réplique aux protos allemands. Lors des qualifications, la Penske (préparation moteur Traco) a réussi à se placer deuxième sur la grille prouvant le travail minutieux et efficace de l’équipe américaine. Les Porsche 908 étaient première, troisième, quatrième, sixième et septième. La Lola Bonnier s’est qualifiée cinquième. Les Gulf GT40 se sont  positionnées en retrait aux  8e et 9e places. Henri Pescarolo est victime d’un crash lors des essais nocturnes. La 630 est irréparable, le pilote français s’en tire avec quelques contusions.

START DAYT 69.jpg

Vers 15 h, le samedi 1er février 1969, le drapeau vert tombe sur les 63 voitures engagées dans la course. Les cinq Porsche usine ainsi que les Lola de Donohue et Bonnier  vont commencer à prendre leurs distances avec le reste du peloton. Chacune des Porsche avait un panneau coloré pour aider à identifier la voiture à distance et le panneau brillait  dans l'obscurité. Pendant ces premières heures de course, les Porsche ont échangé la tête si souvent que l'opérateur du tableau de classement a eu du mal à tenir les positions. Une répétition de la course de 1968 semblait s’installer.

Pour Penske, la perspective d'avoir l'une des voitures les plus rapides en piste et peut-être de gagner  s'est rapidement évanouie en raison d'un grave problème de  remplissage de carburant. Le système de pompe ne pouvait débiter que 20 des 37 gallons dans le  réservoir, ce qui nécessitait de ravitailler toutes les 40 à 45 minutes, environ deux fois plus souvent que prévu. Un problème de dégazage est en cause.

Plus tard, Mark Donohue, qui est aussi  ingénieur, a admis que le problème de carburant était de sa faute. Il a déclaré: «J'ai moi-même conçu le système de carburant et j'en suis entièrement responsable.» Malgré ces problèmes, la Penske Lola a continué en perdant du terrain sur les leaders.

Avant que l'obscurité ne tombe sur le Speedway, la T70 Bonnier se retire après avoir heurté le mur du banking. Au 84e tour, l'une des Porsche s’arrête de façon inattendue. Brian Redman remarque des gaz d'échappement pénétrant dans le cockpit et rejoint les stands avant de s'intoxiquer. Un collecteur d'échappement cassé  est responsable, les mécaniciens Porsche ont mis plus de 20 minutes à le remplacer. 

 Au fil des heures Porsche est aux prises avec ces problèmes moteur.

PENSKE DAYT 69.jpg

La Penske de son côté a dû s’arrêter deux fois aussi pour des réparations  sur les collecteurs d'échappement fissurés qui ont pris 90 minutes d’intervention. Autre souci, un démarreur bloqué a pris encore 23 minutes pour être réparé. En plus des problèmes persistants de remplissage de carburant l’équipe américaine est accablée. Il a été question  de retirer la voiture car elle a trop de retard derrière les Ford et Porsche. Cependant Roger Penske  persévère et  ordonne les réparations.  La Penske Lola pour couronner le tout entre en contact avec la Porsche 908 # 51 de Richard Attwood / Joe Buzetta. L’incident provoque un arrêt au stand pour des réparations de carrosserie (principalement à l'aide de ruban adhésif).

Porsche en proie à ses soucis de collecteur va enregistrer des casses à répétition. La déroute des allemandes a commencé à 00H15 puis 00H25 et 02H58. À 05 h 20, après le retrait des trois Porsche une quatrième renonce (Attwood-Buzetta).

En fin de nuit  la Ford GT40 conduite par David Hobbs et Mike Hailwood rejoint son stand. Le problème est une culasse fissurée qui cause une perte de liquide de refroidissement. Finalement cette avarie les conduit à une élimination.

 La Ford GT40 de Jacky Ickx et Jackie est en tête. Mais les pilotes ont peu de temps pour en profiter car leur voiture souffre également d'une culasse fissurée. Leur abandon est survenu de façon spectaculaire lorsqu'à 07 h 35, Ickx a heurté le mur de  béton en raison d’une fuite. L'incendie qui a suivi a éliminé la voiture, Ickx s'en est sorti indemne.

Alors que le soleil est levé sur le Daytona Speedway, la 908 rescapée de Mitter-Schütz en a profité pour prendre  la tête, la Penske Lola est en deuxième position, à quelques 200 milles derrière le leader. La situation de la Porsche ne dure pas longtemps. Coup de théâtre la 908 rentre au stand avec un arbre intermédiaire cassé. C’est l’abandon, la Lola N°6 hérite du leadership à l’usure. Une autre Lola suit en seconde position mais à distance respectable. La pugnacité de Penske a payé.  Les cinq dernières heures de course furent tendues pour les leaders. L’équipe Penske  porte sa voiture vers une victoire chanceuse mais bien méritée. Les pilotes Mark Donohue et Chuck Parsons ont parcouru 2 383,75 milles à une vitesse moyenne de 99,268 mi / h. La Lola T70 Mk III d'Ed Leslie et Lothar Motschenbacher a terminé deuxième, 30 tours derrière le vainqueur  pour le plus grand plaisir de l'acteur et propriétaire de l'équipe James Garner. 

24 h de daytona 1969

24 h de daytona 1969

24 h de daytona 1969

La Pontiac Firebird 305 de Jerry Titus et Jon Ward a terminé troisième à 35 tours du vainqueur,  première de sa catégorie. La meilleure Porsche termine quatrième. La 911T privée  pilotée par Tony Adamowicz, Bruce Jennings et Herb Wetanson  remporte sa catégorie GT 2L.

24 h de daytona 1969

Triste épilogue

L’histoire de la Lola de l’écurie Penske prend une tournure inattendue par la suite. Elle participe aux 12 Heures de Sebring où un problème de suspension la conduit à l’abandon. Alors que les prochaines 24H du Mans constituent  l’ objectif suivant de Penske, un évènement incontrôlable va contribuer à sa perte. Sur le chemin de retour à Philadelphie depuis Sebring l’auto va disparaître avec son transporteur. L’action s’est déroulée devant le motel où dormaient les deux chauffeurs. Si le camion a été retrouvé, la Lola avait disparu avec les outils de l’écurie. L’enquête policière permit de retrouver les voleurs. Ces derniers avaient démonté une grande partie des pièces mécaniques. Le moteur avait été monté sur une Shelby Cobra. Le châssis fut retrouvé endommagé après cette opération. En conséquence, Penske et Donohue ont été contraints d'abandonner leur voyage en France.

La victoire de l'équipe Penske à Daytona en 1969 représente le grand succès international de la Lola T70. Quelques semaines après la course américaine, Porsche dévoilait sa légendaire 917 à Genève. Le monde des courses d'endurance allait en être bouleversé. La belle T70 prit à cette occasion un sérieux coup de vieux.

PS

Texte de Louis Galanos traduit et adapté

 


                                   

Photos ; © L. Galanos et   F.Lewis

* Paru sur Racing'memories en mars 2020

Écrire un commentaire

Optionnel