Xiti

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La journée bien arrosée de James Hunt

Il pleut des hallebardes en cet après midi de Grand Prix sur le circuit de Fuji. Ce 24 octobre pour sa première incursion en Asie, la Formule 1 est confrontée à un temps de chien lors de cette conclusion du Championnat du Monde. Ce Grand Prix revêt une importance capitale. Deux pilotes sont en passe de coiffer la couronne mondiale...

Lauda - Hunt.jpg

Titre à disputer

L’Autrichien Niki Lauda devance de 3 points son poursuivant  l’Anglais  James Hunt. Ferrari, l’employeur de Lauda ne peut être rattrapé et remporte le titre constructeur 1976. Son adversaire Mc Laren peut encore porter Hunt au titre pilote. Lauda perturbé depuis son accident du Nürburgring conserve l’option de jouer placé mais pas dans l’hypothèse d’une victoire de son adversaire. Leur score serait égal s’il finissait second mais le britannique coiffe la couronne avec deux victoires de plus. Hunt de son côté doit viser la victoire car jouer placé serait trop aléatoire. Il lui faut impérativement trois points de plus que son rival.

Ambiance tendue

A l’orée de la prochaine saison l’ambiance s’avère tendue entre l’association des constructeurs et le couple  FIA / CSI. Le prince de Metternich et Pierre Ugeux les présidents de ces instances officielles sont présents. Ils souhaitent renforcer leur maîtrise sur l’organisation des Grands Prix. La saison 77 va tourner à l’affrontement entre le « pouvoir officiel » et Ecclestone, l'homme influent parmi les "assembleurs" britanniques.

Participation nipponne

Les japonais sont bien sûr de la partie sur leur terre. Deux constructeurs et quatre pilotes concourent. Maki a engagé Tony Trimmer. Kojima présente une évolution de sa F2 équipée d'un Cosworth, elle est pilotée par un habitué du circuit Masahiro Hasemi. Kasuyoshi Hoshino court sur une ancienne Tyrrell 007. Surtees a libéré le volant de Brett Lunger pour Noritake  Takahara champion F2 en titre tandis que  Masami Kuwashima a trouvé un volant chez Williams. Deux pilotes seront classés parmi ce contingent, Takahara et Hasemi respectivement neuvième et onzième. La Maki ne sera pas qualifiée pour la course de même que Kuwashima ne prendra pas le départ, lâché par ses sponsors.

Imbroglio

Le petit monde de la F1 se  trouve dans l’expectative à quelques heures du départ. Nombreux sont les pilotes qui souhaitent jeter l’éponge si l’on peut dire. La piste est littéralement inondée. Ils jugent trop dangereux de rouler dans ces conditions d’autant qu’aucune amélioration météo n’est en vue. Lauda fait partie de ceux-là tandis que Hunt tient à conserver ses chances de remporter le titre. Il a réalisé le second temps des essais. Sa voiture très compétitive en cette fin de saison le pousse à concourir. Mario Andretti a signé de peu la pole position sur sa Lotus tandis que Lauda se positionne en seconde ligne crédité du troisième temps. Côté organisateurs le cafouillage bat son plein. Les Japonais souhaitent le départ de la course, les droits de télévision sont engagés. L’association des constructeurs et la Fédération Internationale Automobile tergiversent. Certaines écuries ne veulent pas courir, d’autres insistent pour disputer la course. Finalement la FIA tranche : la course doit se dérouler. L’ensemble des pilotes se rallie à la décision, à contre cœur pour certains.

Course diluvienne et scénario indécis 

 

La pluie cesse provisoirement au moment du départ.

3F1 Japon 1976.jpg

Hunt surprend Andretti et s’empare du commandement. Un nuage d’eau pulvérisée accompagne le peloton et les conditions de visibilité sont précaires pour les pilotes suivant les hommes de tête. Lauda se sent très mal au volant et commence à songer que le jeu n’en vaut pas la chandelle. Son terrible accident du GP d’Allemagne l’a fragilisé psychologiquement malgré un rapide retour à la compétition.

4f1-japanese-gp-1976-n.Lauda.jpg

Il rentre au stand et explique sa décision d’abandonner quitte à renoncer au titre de Champion. James Hunt tenu au courant fait le forcing et se maintient en tête profitant d’une vision claire jusqu’au moment où il rattrape les voitures les plus lentes. Ses adversaires les plus coriaces sont Brambilla et Andretti mais ceux-ci ne parviennent pas à  contester la suprématie du pilote anglais. Ce dernier n’a plus qu’à  maintenir sa position pour s’emparer du titre… Au soixante et unième tour des soixante-treize que compte la course le Français Depailler qui a fait le forcing pour remonter menace Hunt. Ce dernier n’oppose aucune résistance à l’attaque du pilote de la Tyrrell à six roues.

5 DEP Fuji 1976.jpg

Une seconde place suffit au pilote anglais. Andretti menace maintenant Hunt et passe à son tour.

Andretti 76 Fuji.jpg

Ce dernier fait ses comptes, un seul point d’avance ! La pluie a cessé et la piste commence à sécher sur la trajectoire, James n’a pas suffisamment refroidi ses pneus dans les portions encore humides. Soudain rebondissement : le sort menace le pilote Mc Laren qui rentre au stand victime d’un pneu crevé. Au soixante-neuvième tour il repart cinquième avec quatre pneus neufs et Lauda compte alors un point d’avance ! Seule issue, attaquer  à outrance mais l’anglais pense avoir perdu toute chance de réussir. Depailler est en passe de remporter la course, il ne mènera cependant que brièvement. Le Français est passé par Andretti puis redescend au classement en raison d’une crevaison. Il repart à l'attaque. Les positions se sont resserrées derrière le nouveau leader Andretti qui s’échappe. La confusion règne côté chronométrage officiel… Jones et Regazzoni tirent leur épingle du jeu.  Hunt se retrouve en quatrième position, il égale les points de Lauda avec une victoire de plus. Mais il double finalement Jones, se hisse en troisième position et glane un point d'avance sur l'Autrichien.

Hung final lap

Le problème du pilote britannique dans les derniers tours? Il ne sait plus où se situer au classement . Son équipe dans la confusion ne lui a pas passé son panneau de position depuis que lors de son retour en piste on lui a signalé la cinquième. 

teddy-mayer-james-hunt-japan-1976.jpg

Lorsqu’il déboule après le passage du drapeau, il engueule Teddy Mayer son directeur d’écurie qui veut le congratuler. Passée la colère, James Hunt exulte. Plus tard devant la presse qui le questionne sur la suite des festivités Hunt déclare qu’il va se souler… "A la bière plutôt qu' au champagne pour ne pas être malade !" 

La stratégie de Lauda

Ferrari a mal encaissé le retrait volontaire de son pilote. Enzo dépité va même lui proposer le poste de directeur sportif. A la suite de cette défaillance  il ne croit plus aux capacités de pilotage de son champion. L’intéressé décline la proposition et bluffe en déclarant que Mc Laren est sur le point de l’engager. Grâce à cette ruse l’Autrichien se voit reconduit pour la saison suivante! Mais les liens qui l’unissent à Ferrari sont fragilisés par ces évènements qui succèdent à son terrible accident. Lauda va cependant prouver au « vieux *» qu’il n’a rien perdu de sa compétitivité au cours de la saison 77.

*De l'expression même de Niki Lauda


                               

PS

Photos :  DR

* Paru sur Racing'memories en octobre 2021

Écrire un commentaire

Optionnel