Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Jack Brabham

    Jack-Brabham-2.jpgJack Brabham est né à Hustville en Australie le 2 avril 1926. Le jeune garçon est passionné de mécanique et prend le volant très jeune. Il se lance dans les affaires en 1946 en gérant un garage de réparation mécanique, il pilote en parallèle puis rencontre Ron Tauranac, préparateur en compétition. Tous deux vont s’associer. Brabham court en Australie. En 1954, il se distingue au Grand Prix de Nelle Zélande. Remarqué par John Cooper, ce dernier lui propose un volant F1 ponctuel en Europe. L’Australien pilote aussi en F2 sur Cooper, il remporte 13 courses dans la spécialité entre 1957 et 1960. Il finit 4ème en 1958 au GP de Monaco F1. C’est en 1959 qu’il gagne son premier Grand Prix encore à Monaco puis le GP de Grande Bretagne. Sa régularité paya puisqu’il s’adjuge le Championnat du monde sur l’excellente et compacte Cooper Climax qui imposera le moteur central arrière.

    1960jack_brabham__cooper_t53_.jpg

    Ses 5 victoires en 1960 lui permettent d’empocher un deuxième titre. Il fera  preuve au cours de sa carrière d’un pilotage viril que ses adversaires contesteront parfois car à la limite de l'esprit sportif.   

    Après une saison 61 décevante, Brabham et Tauranac fondent Motor Racing Developments qui mènera à la création de la Brabham BT3 débutant la F1 en 62. « Black Jack » marque ses premiers points en course sur sa propre voiture. En 63, il finit second au Mexique. C’est en 1964 que sa voiture enregistre une première victoire mais aux mains de son équipier Gurney qui récidive cette même saison.

    Après une saison 65 difficile, la Brabham 1966 à moteur Repco va propulser Jack sur la plus haute marche au Championnat du monde F1.

    Jack-Brabham-Team.jpg

    C’est la première fois qu’un pilote y triomphe sur sa propre voiture, une performance encore inégalée jusqu’à nos jours. En 67 L’Australien se fait souffler le titre par son propre équipier Dennis Hulme. Cette année-là Brabham teste de nombreuses modifications sur sa voiture, il en pâtit car la fiabilité de celles-ci n’est pas au rendez-vous alors que Hulme conserve les solutions éprouvées.

    Le moteur Repco ne fait plus le poids en 68 face au Cosworth. Brabham adopte ce dernier en 69 mais c’est Jacky Ickx qui remporte 2 victoires sur la Brabham BT 26. La saison 70 sera la dernière de Jack qui prend de l’âge, il remportera sur la belle BT 33 le premier GP de l’année mais sera bousculé par l’émergence de  jeunes talents.

    1970_Brands_Hatch_Race_of_Champions_Jack_Brabham_BT33.jpg

    Pour preuve, en tête du GP de Monaco, il tape le rail dans le dernier tour sous la pression de Rindt qui l’emporte. En tête du GP de Grande Bretagne il échoue en vue de l’arrivée sur panne d’essence. Il raccroche son casque en fin de saison et fête son départ par une dernière victoire aux 1000km de Paris sur Matra en compagnie de François Cevert.

    Brabham continuera à courir en course historique, sera anobli (distinction de Sir) par la reine d’Angleterre en 1979. L’Australien vient de s’éteindre le 19 mai dernier à l’âge de 88ans.

    Jack Brabham / triple Champion du Monde de Formule 1 (1926-2014) 

    SdS   /  Photos : DR      

     

     

  • De passage...

    Remember Sebring... 1970 ...Les photos parlent mieux que les mots...

     

    12Ferrari-sebring - Copie.jpg  Ferrri 512S                                                                  

            13P917 Sebring70 - Copie.jpgPorsche 917        

                                                       P908sebring70-porsche-908_ - Copie.jpgPorsche 908 Spyder      Alfa 33 Sebring 70 - Copie.jpgAlfa Roméo 33/3                        

    cevert - Copie.jpg Matra 650

                               sebring70-corvette 10è - Copie.jpg Chevrolet Corvette  

       sEB corv 70 - Copie.jpg  Chevrolet Corvette                                                           

     

    sds                                                                                                                                      

    Photos: DR  /12H de Sebring 1970                                                                                          

     

  • Crash à Silverstone

    CRASH GB 73.jpg

    Juillet 73, circuit de Silverstone. Un jeune loup de la F.1, le sud africain Jody Scheckter fait son trou dans la discipline. Engagé par l’équipe Mc Laren depuis le début de la saison, il provoque des étincelles dans les deux sens du terme.

    Scheckter silv.jpg

    Son pilotage inné semble parfois un peu forcé, il paraît flirter trop souvent avec la limite. Ses performances sont spectaculaires, ses sorties aussi. Après un accrochage avec Fittipaldi au dernier Grand Prix de France, en ce début juillet, il va défrayer la chronique en F.1 et provoquer involontairement (on le saura plus tard) un « joli » carambolage sur le circuit anglais.

    silverstone73.jpg

    Alors qu’il entame en 5è position le deuxième tour du Grand Prix, il glisse en fait sur une plaque d’huile non repérée au milieu de la ligne droite des stands, se met en travers et provoque l’effet d’une boule lancée sur un jeu de quilles. Une dizaine de pilotes s’accrochent alors que miraculeusement beaucoup évitent la Mc Laren en travers de Scheckter. Le GP sera stoppé et repartira avec un tiers de participants en moins.

     

    Coté pilotes, il n’y eu pas trop de casse sauf pour l’italien De Adamich (1er plan à droite première photo) qui s’en sort à moindre mal, si l’on peut dire, avec deux jambes fracturées.

    SdS

    Photos : DR / Grand Prix d'Angleterre F1 1973  /

    pho-jody-74.jpg

    Jody Scheckter