Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Retour aux sources...

                                  Grand Prix de Belgique 2010

    Jaime Alguersuari T Rosso.JPG

    Spa : An 32 après Bernie Ecclestone…

      IMG_2072.JPGJeudi 26 juillet 2010, veille des premiers essais, nous avançons au devant du jeune peï ( jeune type en wallon) devant sa grille.

    « Peut-on acheter des billets dès ce soir ?

    Le jeune ardennais, l’air hébété, nous répond :

    -Oui, suivez la route, les caisses sont là-bas. »...

    Deux fois on nous fera le coup : les caisses sont là mais fermées, Ecclestone a décidé qu’elles n’ouvriraient que demain matin, comme le circuit. Les contrôleurs chargés de laisser passer les autos des « V.I.P » ne sont apparemment pas au courant. Voilà pour les négligents qui ne commandent pas leurs tickets à l’avance, demain matin c’est piquet aux aurores…  

    Cela faisait 16 ans que je n’avais pas remis les pieds à Spa ! A l’occasion du proche anniversaire de mon fils, nous décidons d’aller voir une course F.1 en live pour son plus grand plaisir! Habitué des 24 Heures sur le terrain, il n’a jamais vu les courses F.1 qu’à la télé.

    paddock.jpg

     Beaucoup de choses ont changé, peu côté circuit, mais plutôt ambiance F.1 ; Ecclestone a définitivement imposé son empire et ça se ressent : le bunker est infranchissable côté paddock hi tech et stands, il faut banquer un max pour entrer dans le temple! vigile GP.jpgLes vigiles et leurs chiens sont derrière le grillage, prêts à vous cueillir! Dialogue, astuces et pince Monseigneur sont inutiles. Autour de l’enceinte du circuit, des vigiles encore qui circulent en quad ou à pied avec cabots pour intercepter les resquilleurs. En ce qui concerne le stationnement et le camping, c’est le racket bien organisé, plus d’une centaine d’Euros pour trois jours dans un pré sans sanitaires, ça correspond pratiquement à un billet « 3 jours enceinte générale ». Le fiston, à quelques jours de son anniversaire, aura droit à un billet demi-tarif dernier carat, on a eu chaud !

    Arrivant sur les lieux jeudi soir, veille des premiers essais, on s’aperçoit donc qu’il faut jouer la débrouille. C’est Jeff qui va nous sauver, devant l’entrée du circuit grâce au petit terrain voisinant sa maison. Il propose 10€ par jour (emplacement low cost) pour garer la voiture, on marche, nous retrouvant au fil du week-end coincés entre un camping car loué par des polonais et la voiture d’un « papi » (dixit le fiston) résidant dans l’Orne. Ce dernier a vu, à l’âge de 5 ans, nous dira-t-il, accroché à la main de son papa, la Jaguar de Sanderson-Flockhart vaincre au Mans, en 56 après le drame… Y- a des bonshommes qui font preuve de constance… Il nous reste à trouver un coin pour la tente car si on la plante chez Jeff, le malin s’est aligné, c’est 30 € de plus par jour! Le rusé nous a même proposé deux tickets « service circuit » pas très clairs avec une remise… Un petit Ecclestone sommeille en Jeff! A 50 mètres de chez lui se trouve la forêt, le soir venu on plante la toile discrètement. Elle est bien planquée et la nuit tombée on rejoindra notre bivouac improvisé.

    IMG_1731.JPG   Les essais du vendredi voient les Ferrari dominer, le temps est incertain, on ne s’en étonnera pas, nous sommes près de La ville d’eau, les baraques à friture très nombreuses… Samedi, pour les qualifs, le soleil fait de timides apparitions, RedBull, Mc Laren et Renault font les chronos : Pôle Webber puis Hamilton et Kubica.

     

                                                         spa f1 2010Les ébats des F.1 sont complétés par des essais et courses des GP2, GP3, Formule BMW et Porsche Cup, pas le temps de s’ennuyer donc. Dimanche matin, le « grand jour » arrive, ouverture du circuit à 7H, à 6H30 trois cents péquins avec nous attendent amassés devant une des grilles d’entrée, les acharnés donc! A 13H après diverses courses, parade des pilotes dans des cabriolets, la pluie menace, la plupart des vedettes sont assises à côté du conducteur avec casquette et anorak, on les reconnaît à peine sauf Webber bon prince qui est assis derrière le hard top cheveux au vent, il salue les spectateurs. Celui-là ne se croit pas sorti de la cuisse de Jupiter, c’est un gars du bush, un «crocodile dundy» super motorisé, y fait pas de manières et respecte le public!

    Après le tour de mise en grille, c’est le silence avant la tempête, toujours impressionnant, le temps semble s’arrêter avant l’assaut et ça va donner! Une fois dans leur cockpit, les vingt pilotes ne connaissent bien sûr plus personne, ils se donnent à fond, c’est là que le passionné se retrouve, on pense plus à l’Empereur Ecclestone.

    Hamilton se fait la belle, Webber s’est raté au départ mais il remonte,Hamilton.JPG Kubica roule fort et l’on voit sur l’écran géant qu’Alonso s’est fait harponner par Barrichello dans la chicane avant les stands. Après l’accrochage Button-Vettel, le jeune protégé de chez Mc Laren fera toute la course en tête tandis que Webber passera Kubica sur l’arrêt pneu, Massa termine 4ème, Sutil (Force India) 5ème. Schumacher, assez à l’aise sur le circuit de sa première victoire, se fera passer comme un bleu. Ca s’est déroulé devant nos yeux aux Combes, son jeune équipier Rosberg l’atomise alors que la pluie tombe, 6ème – 7ème.

    spa f1 2010

    Suivent Kobayashi (Williams), Petrov (Renault) et Liuzzi (ForceIndia). Entre les Safety cars, l’arrêt pneu et les averses, la course a été plutôt animée!!! Restait à affronter les bouchons de sortie de circuit afin d’aligner les cinq cents bornes de retour, les yeux et les oreilles bien remplis ! On lira plus tard qu’un peu plus de 52000 entrées ont été vendues, un score plutôt minable! Les organisateurs sont en déficit et c’est la région qui payera la différence.

    ambia.jpg

    Les tarifs de la F.1 ne seraient-ils pas en cause ? Bien sûr, il ne faisait pas beau, les autos semblent stéréotypées,  les pilotes sont moins mythiques qu’il y a seize ans, manquant de personnalité pour les plus jeunes, changement d'époque. Bien sûr ils ne risquent plus leur vie à chaque course, heureusement…Certaines appellations de voitures font surtout penser à des produits vendus en supermarchés…Toutes choses qui me font regretter un temps... Ecclestone qui se remplit les poches avec les droits TV ne serait-il pas en train, en Europe, de vider les Grands Prix de spectateurs? Dommage pour le toujours beau circuit de Spa Francorchamps.

     /Grand Prix de Belgique 2010/27-28-29 août/Spa Francorchamps/

    SdS      /  Photos @ GM

  • Champagne à Indianapolis

    Jules Goux 1913 Indy winner - Copie.JPG

         Ne rêvez pas…C’était il y a cent ans en 1913. A la veille du premier conflit mondial Peugeot va se mettre en évidence sur le célèbre speedway américain. Pour cette édition, les organisateurs mettent les petits plats dans les grands. Ils cherchent à donner une dimension internationale aux 500 Miles. Dans le but d’appâter pilotes et constructeurs du vieux continent des primes et récompenses financières inaccoutumées sont proposées aux européens. Ils mettent dans le mille et leurs émissaires envoyés en Europe décident une poignée de futurs participants. Peugeot, Mercedes, Isotta Fraschini et Sumbeam se lancent dans l’aventure d’autant plus que l’acheminement de leurs autos de l’autre côté de l’Atlantique ne leur coutera rien.

    Alors que les Américains produisent des voitures à soupapes latérales et régimes lents comme les Marmon et National victorieuses en 1911-1912, la firme française possède des références pour disputer ce challenge. Un moteur à double arbre à cames en tête de 7,6 L installé dans un châssis allégé. La solution mécanique est inédite à l’époque et les ingénieurs français qui se surnommaient « Les charlatans » se sont penchés sur un élément important : la chasse au poids, optimisant l’avancée technique moteur.  Les saisons 1912 et 1913 furent l’occasion d’une belle moisson de succès en Europe pour l’équipe Lion-Peugeot en catégorie Grand Prix.

    Indy est tout de même une autre histoire, les Européens vont-ils faire le poids sur l’anneau des 500 miles? Les essais confirment que Jules Goux qualifié en deuxième ligne de même que Zucarelli compteront parmi les favoris de la course. Les deux Peugeot se sont montrées en verve durant les « Qualifying».

    Les américains ne seraient-ils pas tombés dans leur propre piège?

     

    1913_Indianapolis_500.jpg

    Le 30 mai 1913, 100 000 spectateurs se pressent sur le Speedway pour assister à l’affrontement Etats Unis – Europe, une belle opération pour les organisateurs.  Goux prend la tête dès le départ, imprimant à la course un rythme échevelé. Des abandons se succèdent dont celui de la Peugeot de Zucarelli qui casse son vilebrequin au 18è tour. Jules Goux connaît des problèmes de pneus qui vont l’obliger à céder sa première place. Roulant grand train il reprend la seconde position après les 100 miles. Au 55è tour, l’arrêt pneus de Burman sur sa Keeton-Visconsin lui rend sa position de tête. A mi-course, un nouvel arrêt pneu le rétrograde en troisième place. La détermination et l’aisance en piste de l’homme vont le remettre en selle pour la victoire après 300 miles couverts. Malgré un autre arrêt pneus, Goux qui avait cédé encore la première place, reprend le commandement au 136è tour. Il va creuser l’écart sur Mulford et possède 12 mn d’avance aux 400 miles! Son manager lui demande d’assurer à partir de là. Le français va cependant franchir la ligne en vainqueur avec un bel avantage sur la Mercer copilotée par les Américains Wischart et De Palma, empochant le chèque de 20000 Dollars-or par la même occasion.

    1913 indy 500 - the pits 1.jpg

     

    Il faisait très chaud le jour de la course et la petite histoire raconte que Goux ne s’arrêtait pas aux stands exclusivement pour ravitailler en essence et changer de pneus. Le bonhomme de même que son mécanicien se rinçait le gosier avec une gorgée de champagne. L’anecdote est difficile à vérifier mais Jules aurait proclamé à la fin de l’épreuve : « sans le bon vin français, je n’aurais pu vaincre! » Le célèbre cru français aurait prodigué une légère euphorie lui permettant de tenir le rythme sans altérer pour autant ses réflexes…

    Jules_Goux_wins_Indianapolis.jpg

    Ne le répétez pas! La F.I.A pourrait annuler rétroactivement cette victoire en rendant la première place aux Américains!  A n’en pas douter ces derniers auront retenu deux leçons de ce succès : l’intérêt de la technologie du double arbre à cames en tête et les bienfaits du breuvage champenois (consommé avec modération).

    A noter que 100 ans plus tard, au mois de juin, Peugeot s’est illustré à nouveau aux US avec le talentueux Sébastien Loeb qui au volant de la 208 T16 PP a pulvérisé le record de la montée de Pikes Peak dans le Colorado.

     

    indy 1913

     

     

     

     

                             SdS

    Photos : DR / 500 miles d'Indianapolis 1913 / Pikes Peak 2013 /

     

  • Gunnar Nilson pilote courage

    g nilsson.jpg

    Après s’être essayé au pilotage en Suède, Gunnar Nilsson débute sérieusement la compétition automobile sur le tard à 24 ans passés en 1973. Il effectue deux saisons d’apprentissage en Formule super Vee  puis en Formule 3  Allemagne l’année suivante. Le  pilote suédois remporte en 1975 le très coté Championnat d’Angleterre de Formule 3(8 victoires), il gagne aussi 4 courses de Formule Atlantique britannique cette année-là. Muni de ce bagage, Gunnar saisit une opportunité, prévu chez March en F2 l’année suivante, il profite du départ précipité de son compatriote Ronnie Peterson quittant Lotus pour la firme de Bicester. L’équipe de Colin Chapman « récupérant » un Suédois contre un autre à la suite d’un accord avec March, il devient donc l’équipier de l’italo-américain Mario Andretti de retour dans l’équipe anglaise après son incursion, elle-même précipitée mais fugace, chez Parnelli en Afsud et aux USA Ouest. C’est l’occasion d’apprendre, d’affiner son pilotage en formule 1 sur la Lotus 77, une voiture peu compétitive en début de saison causant la valse des baquets citée plus haut mais qui va progresser au fil des Grands Prix.

    Nilsson.jpgTrès vite, son talent se révèle, il monte deux fois sur la troisième marche du podium au cours de la saison en Espagne et en Autriche, termine cinquième en Allemagne et sixième lors du dernier Grand Prix au Japon. Il s’octroie une honorable dixième place au Championnat du monde, entrant  dans la peau d’un vainqueur potentiel de Grand Prix. En 1977 Mario Andretti, après quelques courses, fait de l’innovante Lotus 78 à effet de sol une redoutable concurrente, la tenue de route de ce châssis surclasse la concurrence cependant la lotus est fragile. Nilsson épaule son chef de file mais lorgne sur la victoire au volant de son efficace machine. Il est maintenant capable de remporter un Grand Prix, en fera la démonstration lors du GP de Belgique dans des conditions climatiques exécrables, une pluie battante en début de course. Malgré un arrêt pneus et deux têtes à queue le Suédois vaincra, attaquant sans relâche. Fou de joie sur le podium, il  réalise un de ses rêves. En début de saison, Gunnar avait finit cinquième au Brésil et en Espagne, aprèsla Belgique il termine quatrième en France, troisième en Angleterre. La deuxième partie de la saison verra ses performances décliner, il ne marque plus de point, victime de son moteur en Allemagne et en Autriche, de sa suspension en Italie, d’accrochages en Hollande et aux USA, d’un accident au Canada, de sa boîte au Japon. Andretti gagne 4 Grands Prix mais Lauda s’adjuge le titre mondial cette année-là, Nilsson est classé huitième au Championnat du Monde.

    gunnar.jpg

    Lors de la dernière course au Japon, Gunnar est victime de malaises, de saignements en sortant de son cockpit après son abandon sur rupture de boîte de vitesses. Il subit des examens qui révèleront plusieurs tumeurs au cerveau ainsi qu’au foie. Durant l’intersaison, le suédois se fait opérer, la presse parle d’hépatite. Lotus pour la saison suivante lui a préféré Peterson jugé plus rapide aussi Gunnar a t’il signé pour la nouvelle équipe Arrows, il ne courra pas. Le suédois se bat, avec une énergie surhumaine diront plus tard ses proches, contre un cancer qui prolifère  malgré les traitements (chimio-cobalt) que ses médecins lui administrent. Au cours de l’été 78, la maladie lui offre une trêve, le pilote F.1 refait une apparition au GP d’Angleterre dans son ancienne équipe, montrant un corps secoué par le mal. Heureux de retrouver l’ambiance de la course, il masque sa souffrance et conjure le sort en annonçant que son cancer est en voie de rémission. Le crabe avait reculé pour  mieux préparer une nouvelle offensive, fulgurante celle-ci. On le retrouve méconnaissable le 13 septembre 78 suivant le cercueil de son proche ami Ronnie Peterson fauché par une embolie graisseuse consécutive aux blessures subies lors de son accident du Grand Prix d’Italie. Gunnar, de sa chambre d’hôpital, émet le désir de créer une fondation de lutte contre le cancer pour aider les médecins à faire progresser la recherche, y consacre son énergie qui s’amenuise. En octobre, il s’éteindra à l’aube de sa trentième année. Gunnar sur son lit d’hôpital s’était voué jusqu’au dernier souffle à cette fondation que sa mère, Elisabeth, pérennisera et nommera « Gunnar Research Fund ».

    SdS

    Photos:  DR

     

     

  • Inaltérable Inaltera

    15-05.jpgEn 1975, de la rencontre entre Jean Rondeau pilote manceau et Charles James dirigeant des papiers peints Inaltera, naquirent les prototypes du même nom. Destinés à concourir aux 24 h du Mans, équipés du V8 Cosworth et joliment parés des couleurs de leur commanditaire, ils réalisèrent de bonnes performances au Mans en 76 et 77.

                                                

    16.jpg

    Trente ans plus tard, ils courent encore, malgré leur âge respectueux dans des épreuves d’endurance historiques…Il est vrai que ces grands pères vitaminés ont l’âme bien née !

     

    Le Mans 1976 : 8è Pescarolo-Beltoise - 21è Jaussaud-Rondeau

    Le Mans 1977 : 4è Ragnotti-Rondeau  -11è Mmes Lombardi-Christine

     

                              13è Beltoise-Holbert

     

     Rondeau :      

    rondeaubis.JPG

    Jean Rondeau, au milieu de l’année 77, voit son commanditaire jeter l’éponge. Inaltera change de responsable et récupère ses protos. 

    Jean Rondeau compte bien poursuivre et cherche d’autres appuis pour continuer son aventure au Mans.

    Il construit sa propre voiture inspirée de l’Inaltera. Il connaîtra la consécration aux 24 heures  1980 avec la victoire de la M 379B devant Porsche. Le pilote constructeur détient toujours l’originalité d’être le seul pilote à avoir triomphé aux 24 Heures du Mans au volant de sa voiture.

     

    Jean Rondeau est décédé le 27 dec 85 en franchissant un passage à niveau à Champagné à proximité de son usine du Mans.

    SdS

    Photos :  1-2 @ SdS  / 3 :DR