Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 Heures du Mans 2008 / 14 - 15 juin

Peugeot, après son échec l’an passé face à Audi, est regonflé à bloc. La 908 fiabilisée est encore plus performante, l’équipe française attaque les essais le couteau entre les dents. A l’issue des qualifs S.Sarrazin ( n° 8) a atomisé tout le monde avec un tour en 3’18’’513, les deux autres Peugeot ( 9 – 7) se plaçant devant les Audi R10 qui rament en vitesse pure.

Nous espérons cette année des conditions atmosphériques moins humides afin d’éviter le ciré ! le départ installe les Peugeot en tête qui mènent un rythme endiablé. La première heure voit l’équipe française aux trois premières places dans l’ordre 8 - 9 - 7. A la sixième heure le ballet des lionnes se dérègle, en tête la 9 (Montagny-Zonta-Klien) puis la 7 ( Minassian-Gene-Villeneuve). L’Audi n°2 de Mc Nish-Capello-Kristensen pointe son nez en 3è position.

Au cours de la nuit, alors que nous tentons de trouver un peu de sommeil, la pluie va venir enrayer le rouage Peugeot. Alors que sur le sec les 908 se montrent impériales, sur la piste humide l’expérience et la stratégie sans faille d’Audi va payer. La pluie est faible et Peugeot va tâtonner sur les choix de gomme, bien sûr du bord de la piste nous ne le savons pas. Ce n’est que plus tard, à la lecture d’un magazine spécialisé que nous réaliserons le pourquoi de ce changement brutal de perf des deux protagonistes. Au matin c’est au tour de Peugeot de ramer … L’audi n° 2 a pris la tête, le talent de ses pilotes n’y est pas étranger. La 2 assure et dans la dernière heure les Français jouent le tout pour le tout en lançant Minassian (n° 7) deuxième avec des pneus slick sur le goudron faiblement humide : c’est risqué et ça ne marche qu’à moitié. Le sort est joué lorsqu’on lui remet des « pluie » et que la piste sèche peu de temps après ! cette stratégie de la cafouille mène Audi à la victoire.

 Logique quand on sut que l’allemande, plus sobre, s’arrêta 34 fois au stand contre 37 fois pour la Peugeot seconde. Les diesel ont fait un tabac : 3è la Peugeot 9, 4è l’Audi 3, 5è la Peugeot 8. Peugeot doit encore revoir sa copie pour l’an prochain !

SdS

Photo: DR

Les commentaires sont fermés.