Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 Heures du Mans 2013 / 22 - 23 juin

 Après l’impasse 2012 consécutive au décès de mon père, nous retrouvons le circuit des 24 Heures. L’ACO fête les 90 ans de l’épreuve. Toyota qui a essuyé les plâtres l’an passé en laissant rapidement Audi maître absolu des lieux lance un nouveau défi à la firme allemande qui fait maintenant figure d’épouvantail dans la Sarthe. Peugeot s’en souvient encore qui n’a battu Audi qu’une fois en 2009 sur 5 tentatives de 2007 à 2011. Le Lion de Sochaux est cependant la seule marque à avoir fait trébucher la firme allemande. 

Toyota avec son « essence hybride » prend le relai de la concurrence avec l’équipe suisse Rebellion qui équipe son châssis lola d’un moteur Toyota, de même l’HPD Arx Honda est engagée dans la catégorie LMP1. Le plateau LMP2 est très fourni, la seule voiture française du plateau maintenant que Pescarolo a dû jeter l’éponge, concourt dans cette catégorie : l’Alpine à moteur Nissan.

            4 Alpine niss(1234).JPG

En GT les Aston reviennent aux avant-postes face à Chevrolet, Porsche, Ferrari et Dodge Viper. 

Les spectateurs affluent pour suivre cette belle course. Arrivés tôt, nous suivons le warm up, la course des anciennes avec des pilotes qui n’amusent pas le terrain puis celle du Challenge Ferrari. Cela nous fait agréablement  patienter jusqu’à 15 h. Avant la course on nous présente sur un tour les « légendes » de chaque décennies depuis la Bentley des premières épreuves jusqu’à l’Audi de l’an passé que la firme a laissé dans son jus de fin de course avec les accrocs et les salissures qui vont avec! Une expo dans le village nous permet de les admirer plus longtemps.

 

2  24h 2013 (809).JPG

 

Tour de reconnaissance puis départ lancé, la ronde commence, les Toyota TS 030 semblent faire jeu égal avec les Audi R18 Diesel hybride e-tron quattro tandis que les Rebellion s’essoufflent derrière. Les Audi paraissent cependant un poil plus rapides mais les Toyota ravitaillant un tour jusqu’à deux tours après les allemandes se  remettent à niveau. Ce n’est pas suffisant pour faire la différence et avant la nuit, la position avantageuse des japonaises, seconde et troisième n’est due qu’aux soucis des allemandes. L’une (N°1), longtemps en tête, va rentrer au stand suite à un alternateur défaillant que les mécaniciens mettront longtemps à changer car il faut sortir la boîte. L’autre (N°3) a crevé et perd du temps sur la piste puis au stand. Les conditions de piste sont piégeuses, des petites averses de bruine sévissent puis stoppent soudain alors que la piste sèche vite. La première sortie est celle d’une Aston GT qui tape violemment au Tertre Rouge. Son pilote emmené à l’hôpital décèdera et nous ne le saurons qu’en fin de course, le speaker de radio Le Mans ne l’annonçant que fort tard. Les sorties provoquent des neutralisations assez longues car les rails endommagés sont systématiquement remplacés, ce qui fait entrer en piste des engins de chantier inattendus.

Vers minuit trente, repos… En émergeant à 6 h, nous reprenons le chemin du bord de piste.

 

1  AUDI(1144).JPG

 

La seule Audi épargnée par les ennuis, la numéro 2 de Kristensen, Mc Nish, Duval tourne du feu de dieu et les Toy sont reléguées à un tour, elles roulent régulièrement et sans pépin mais en fin de course Lapierre est victime d’un secteur un peu plus humide qu’il ne le suppose, il sort dans le mur de pneus. La Toyota repart, cependant son arrêt au stand permet à Audi de placer une voiture à la troisième place. L’ordre ne changera pas et Kristensen remporte à 15H son neuvième succès. Côté LMP1 l’écurie française OAK remporte elle sa première victoire avec la Morgan Nissan tandis que les Porsche en GT vont rafler brillamment les premières places en GTE AM (IMSA Performance) et PRO (Team Manthey).

            Porsch imsa perf am.JPG

La fête sur le podium est temporisée par le rappel du décès d’Allan Simonsen, son compatriote Kristensen lui dédiera sa victoire, Jacky Ickx demandera au public une ovation pour honorer sa mémoire, celui-ci répond par un élan d’applaudissements émouvant. Jacky rappellera à tous que le sport automobile demeure un sport dangereux.

SdS

Photos: © GM

Les commentaires sont fermés.