Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Honda 1964-68, première aventure en F1 #2

          L’écurie du soleil levant - deuxième partie/ 1967- 68                                            

                                                        1967

Les pilotes de l’écurie Honda, Ginther et Bucknum sont sur le départ. La firme japonaise cherche une pointure pour concrétiser ses espoirs. Elle se tourne vers John Surtees qui est engagé fin 66 (photo 1). Ce dernier, réfugié chez Cooper, sort d’un divorce précipité avec Ferrari. Les japonais décident de concentrer leurs efforts sur une seule voiture.

 La monoplace RA 273 (photo 1) reprend du service mais son manque de compétitivité va pousser l’équipe à créer une nouvelle voiture en cours de saison. La nouvelle RA 300 est signée Lola qui a adapté un châssis Indy pour les Japonais. John Surtees très lié avec la firme de Broadley n’est pas étranger à ce choix. Les ingénieurs japonais ont ainsi concentré leurs efforts sur le moteur. Cependant la combinaison des deux éléments accusera encore trop de poids sur la balance par rapport aux concurrents les plus en vue comme Lotus et Brabham qui utilisent des V8. Elle sera opérationnelle lors du Grand Prix d’Italie en septembre.

 En attendant, la nouvelle recrue d’Honda attaque la saison par une belle troisième place en Afrique du Sud acquise certes après les abandons de Clark, Hill et Stewart. C’est un bon présage cependant … A Monaco Surtees joue de malchance, il est troisième au tiers de la course mais trahi par son moteur qui rend l’âme.  Le pilote anglais va ensuite poursuivre une mauvaise passe. Au Pays Bas une panne d’accélérateur le stoppe net tandis qu’en Belgique la belle Honda ne couvre qu’un tour, son arbre à cames cède, trois abandons en trois courses. Le moral tombe et ce n’est pas fini…En terre française, au Mans, l’équipe est contrainte de déclarer forfait. John Surtees retrouve la vision du drapeau à damier sur ses terres à Silverstone, sixième place avec un point supplémentaire à son crédit. Lors de la course suivante sur le  Nürburgring, il se montre tenace accrochant une belle quatrième place. Il remonte ainsi à la huitième position au Championnat. Il reste quatre Grands Prix, les nippons font l’impasse sur celui du Canada pour préparer au mieux la nouvelle RA 300 qui débutera à Monza.

1967RA300 MONZA.jpg

Surtees qui n’est qualifié qu’en neuvième position va réaliser une superbe remontée jusqu’aux avant postes. Il est second derrière Clark qui a remonté un tour après une crevaison. A l’approche du dernier tour, le pilote Honda profite de la panne d’essence de l’Ecossais à quelques encablures de l’arrivée pour  l’emporter sur le fil avec deux dixièmes d’avance sur Brabham. Victoire chanceuse mais succès qui stimule l’équipe japonaise. Aux Etats Unis une panne d’alternateur réduit à néant une belle remontée en début de course. Le dernier Grand Prix au Mexique permet à Surtees d’obtenir une quatrième place le menant en quatrième position au classement du Championnat : 20 points à égalité avec Chris Amon pilote Ferrari. C’est la meilleure saison de la firme Honda depuis ses débuts en Formule 1. Le talon d’Achille de la RA 300 fut encore son poids, un domaine sur lequel Honda va travailler pour la saison 1968.

                                              1968

Une nouvelle voiture est en gestation, Honda valide un moteur 8 cylindres en V et va utiliser largement le magnésium coté châssis dans le but d’alléger l’ensemble. La RA 300 reste fidèle au poste en ce début 68, le premier Grand Prix en Afrique du Sud a lieu le 1er janvier. Honda présente une voiture aux mains de Surtees qui réalise un septième temps encourageant aux essais. En course ses performances vont décliner jusqu’à une huitième place décevante. Jim Clark remporte sa dernière victoire en Championnat du Monde après avoir survolé la course. En Espagne est engagée la RA 301 V12, évolution de sa devancière.

Honda_RA_301,_J_Surtees,_1968 Nurburg.jpg

le V12 est remanié, admission au centre du V, échappements latéraux. La voiture sera  équipée à la mi-saison de dérives sur le capot avant et d’un aileron arrière très en vogue cette année-là. A Jarama la boîte de vitesses rend l’âme en fin de course alors que « Big John » tenait une belle troisième place.  A Monaco Surtees réalise une performance encourageante aux essais, un quatrième temps mais casse malheureusement sa boîte en course au 17ème tour. Il roulait alors en seconde position. La scoumoune continue, à Spa la Honda pointe en deuxième position au dixième tour, un problème de suspension stoppe Surtees au tour suivant.  Au Pays Bas l’alternateur défaillant annule les espoirs du pilote anglais au cinquantième tour.

Arrive le Grand Prix de France à Rouen, Honda y présente la nouvelle RA 302 V8. Surtees rétif préfère rester fidèle à la 301 et l’écurie embauche le Français Jo Schlesser pour lui faire effectuer son baptême en course. Surtees obtient le septième temps aux essais tandis que la 302 en plein déverminage obtient le 17ème temps à 8 secondes de la pole. Jacky Ickx remporte la course sous le déluge devant Surtees.

RA 302 Jo SchFrance 68.jpg

Le malheureux Jo Schlesser va périr à la suite d’une sortie de piste dans le virage des Six Frères. Sa voiture s’enflamme sous le choc et le feu attisé par le magnésium ne sera pas circonscrit à temps. C’en est fini de l’expérience 302. 

L’écurie Honda a subi un gros traumatisme lors de ce drame et va terminer la saison avec la 301. Surtees finit cinquième en Grande Bretagne. Le pilote anglais renonce rapidement dès le troisième tour en Allemagne sur défaut d’allumage. Il réalise en Italie une superbe pole à Monza mais sort dans Lesmo en voulant éviter la Ferrari de Chris Amon en perdition. La campagne américaine de fin de saison est contrastée, panne de boîte de vitesses au Canada mais podium aux Etats Unis, une troisième place après une belle remontée. Le Mexique se solde par un abandon pour surchauffe moteur sur la voiture de Surtees mais une cinquième place pour Bonnier qui disposait d’une deuxième RA 301.

Ce Grand Prix solde l’engagement de Honda en F1 puisque le patron décide de stopper sa participation en cette fin 1968. La première époque Honda en Formule 1 est consommée, la firme japonaise y reviendra à partir de 1983 en tant que motoriste, avec une voiture complète entre 2006 et 2008 mais ceci est une autre histoire.

Soichiro_Honda 1988.jpg

                                Soichiro Honda en1988    (1906-1991)

PS   

*(publié sur "Racing'memories" en mars dernier)

Photos:DR

Écrire un commentaire

Optionnel