Xiti

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chienlit à Mexico City

Au volant de sa Tyrrell Jackie boucle son trente-quatrième tour lorsqu’à la sortie d’un virage son regard se fixe sur le chien qui traverse le tarmac. En une fraction de seconde la trajectoire de la monoplace et celle de l’animal se croisent. Le choc est violent et l’écossais perd  le contrôle de sa F1 dont un demi-train avant est détruit…

La sortie de Stewart se réduit heureusement à une belle frayeur. Elle n’a pas de conséquence physique  mais sous son crâne ça doit bouillonner!  Il s’extirpe de son cockpit et hôte son casque. Le pilote secoue la tête de droite à gauche et enrage : « Il fallait que ça se termine comme cela dans ce foutoir ! »*.

Jackie Stewart a eu de la chance mais pas l’animal... Une course hors-normes. Comment imaginer les spectateurs debout, assis ou couchés à quelques mètres de la trajectoire des pilotes. Ce depuis le baissé du drapeau. Il y a de quoi frissonner encore en pensant à ceux qui ont parfois traversé la piste sans prendre conscience des risques qu’ils encouraient.

Ambiance

Le Prince de Metternich-Winneburg vient d’être élu Président de la CSI au congrès annuel de Paris après la démission de Maurice Baumgarten. En cette triste fin de saison 1970 le dernier Grand Prix de la saison est une course pratiquement sans enjeu. Les attributions au Championnat de la seconde place des pilotes comme  celle des constructeurs peuvent encore porter un peu d’intérêt à l’épreuve mais le cœur n’y est plus.

Jochen Rindt sera officialisé Champion du Monde à titre posthume à l’issue du Grand Prix du Mexique. Emerson Fittipaldi a remporté son premier Grand Prix aux USA trois semaines auparavant tandis que Jack Brabham a annoncé que le Grand Prix de Mexico sera son dernier.

Les essais

Bataille entre les Ferrari très rapides en cette fin de saison et la Tyrrell de Stewart. Ickx domine les premiers essais mais Regazzoni réalise la pole position, première de sa carrière en F1. Stewart suit devançant la Ferrari de Jacky Ickx. Brabham n’est pas démobilisé. Il signe le quatrième chrono  devant Amon et Beltoise, futurs équipiers l’année prochaine.

La course

N_17-1970_GP_MEXIQUE_dppi.jpg

 Ce dimanche  25 octobre la foule afflue sur l’autodrome Hermanos Rodríguez, près de deux cent mille spectateurs. Autour du circuit, l’enthousiasme de ces derniers est débordant.  Les organisateurs constatent que les grillages sont endommagés ou qu’ils ont été franchis pour approcher la piste au-delà des rails de sécurité, notamment dans certains secteurs dangereux.  Les mexicains  sont passionnés et comptent ne pas perdre une miette du spectacle! Au mépris d’évidentes précautions concernant le danger une masse de spectateurs stationnent en bordure de piste et batifolent même sur le bitume. Les organisateurs après des annonces micro qui restent infructueuses  font intervenir la police. Débordée elle n’arrive pas toujours à faire reculer la foule.

gettyimages-MEX 70.jpg

Stewart et Rodriguez vont même se déplacer sur les zones pour  exhorter les mexicains  récalcitrants.  Sous la pression des pilotes les organisateurs songent à annuler l’épreuve mais craignent en représailles l’émeute et la violence. Finalement la piste est tant bien que mal dégagée.

Le départ est donc  donné avec retard dans une ambiance électrique. Lors de cette course les pilotes vont évoluer sur une piste bordée d’une ceinture humaine. Une situation chaotique, totalement inimaginable.

1970ickx stew mex .jpg

Ickx -   Stewart     (CLIQUER)

Regazzoni part en tête tandis que Ickx déborde Stewart furtif second. Ickx attaque son équipier qui cède. Stewart va aussi doubler le suisse et coller la Ferrari du belge. Au quatorzième tour l’écossais sent sa voiture se dérober et Stoppe au stand. Les mécanos interviennent sur la direction et Stewart reprend la piste. Alors que le pilote Tyrrell tente de remonter, iI heurte le gros chien qui errait sur la piste. Ickx est maintenant confortablement installé en tête. Il compte dix secondes d’avance  sur son équipier à partir du 25ème  tour, ce dernier  bien établi à la seconde place.  Tandis que Jacky Ickx augmente régulièrement son avance Brabham troisième, encore une fois malchanceux,  va devoir renoncer sur casse moteur. Hulme hérite de la troisième place. Ces positions ne vont pas changer jusqu’à l’arrivée. 

1970mex_oliver.jpg

Seul Amon passe la Matra de Beltoise à douze tours du drapeau à damier. Les deux hommes termineront quatrième et cinquième. La fin de course approche et le public est de plus en plus remonté. Dernier tour, lorsque Jacky Ickx sort de la Parabolique avant la ligne il voit au loin du monde sur la piste. Soudain  un groupe  de spectateurs  s’apprête à traverser devant lui l’obligeant à freiner en catastrophe et bifurquer vers les stands pour s’y réfugier. Sa Ferrari est alors entourée par la foule survoltée. Les autres concurrents franchissent la ligne d’arrivée au pas. La CSI tirera les enseignements de ce weekend. Il faudra attendre 1986 pour revoir les F1 à Mexico.

Ainsi s’achève dans la pagaille une saison plombée par les disparitions  de  Bruce Mc Laren, Piers Courage et Jochen Rindt (de même que beaucoup d'autres toutes disciplines confondues). Stewart accroîtra son action dans  le domaine  de la sécurité, les exigences des pilotes augmenteront. La Formule 1 va dès lors prospérer dynamisée par le sponsoring. Celui-ci va permettre aux  « petites » écuries de pérenniser leur engagement  grâce à la fourniture de l’incontournable  V8 Ford Cosworth.   

*Geste et pensée extrapolés par l’auteur,  probablement assez proches du ressenti du pilote après sa sortie.

PS 

Photos: 3 © B.Cahier   /   Les autres : DR 

* Paru sur Racing Memories en octobre 2019

Écrire un commentaire

Optionnel