Xiti

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Treize ans d’attente… GP des USA 1971 - 3 octobre

1958…1971 entre ces deux dates s’écoulèrent quelques années de manque dans notre hexagone. On parle ici de la participation des pilotes français au plus haut niveau des courses de Formule 1. De Maurice Trintignant à François Cevert une passerelle enjambe la privation tricolore au sommet des podiums…  Les jeunes pousses mirent du temps à atteindre le nirvana...

Etat des lieux

 Le circuit de Watkins Glen est désormais plus long de 1700 mètres (5,472 km). Il a été rénové avec des stands plus larges adaptés aux nouveaux standards de la compétition. Le secteur de « Big Bend » a disparu pour laisser  place à une nouvelle ligne de départ. Seule la partie allant des  « Esses » à  « The Loop » a été conservée. Après celle-ci une portion plus sinueuse conduisant vers la ligne droite des stands a été réalisée. La piste a été resurfacée, des glissières en acier couvrent l'ensemble du pourtour du circuit.

 Les travaux  sont achevés deux jours seulement avant les premiers essais ! Les bordures sont garnies de sable, beaucoup de voitures vont soulever des nuages de poussières durant le week-end.

Parmi les participants habituels…

Le Grand Prix du Mexique a été annulé en raison du décès de Pedro Rodriguez. Le dernier enjeu de la saison est la deuxième place de la coupe des constructeurs qui se dispute entre Ferrari (32 points), BRM et March (30 points chacune). Stewart a le titre en poche. Il a amassé 60 points devant Peterson, Ickx et Cevert qui en comptent respectivement 29, 19 et 17.

Une prime de 50 000 dollars promise au vainqueur, la plus haute récompense décernée par une épreuve de Formule 1, a attiré des pilotes américains. On en compte six plus un Canadien. Mario Andretti pilote la troisième Ferrari.

DONO USA 71.jpg

Roger Penske engage de nouveau une McLaren M19A que se partagent Mark Donohue, qui a réalisé de superbes débuts en Grand Prix en finissant sur le podium à Mosport, et le Britannique David Hobbs qui a déjà conduit en Formule 1 en 1967-1968 et s'est depuis fait un nom en Formule A. Donohue hésite entre participer au Grand Prix ou à une épreuve USAC. Par conséquent, tout en assurant sa propre qualification, il prête sa voiture à Hobbs qui sera chargé de le suppléer en cas de forfait. Skip Barber et Pete Lovely sont engagés avec leurs voitures privées, de même que l'Anglais Chris Craft et sa Brabham BT33.

Tyrrell engage une 001 pour Peter Revson. L’américain vient de remporter le championnat  CanAm devant Denny Hulme.  Revson  se réaccoutume au pilotage d'une F1. Il va d'ailleurs rester dans le sillage de François Cevert durant les essais pour parvenir à se qualifier.

John Surtees aligne trois TS9 pour cette épreuve. Rolf Stommelen cède définitivement sa place à Mike Hailwood. Gijs van Lennep fait son retour dans l'équipe après une apparition à Zandvoort. Enfin l'Américain Sam Posey, une des vedettes de la Formule A, pilote la troisième voiture avec Van Lennep en réserve.

BRM place une nouvelle fois au départ une escadrille de quatre P160 confiées à Jo Siffert, Howden Ganley, Peter Gethin et Helmut Marko, tandis que le Canadien John Cannon, champion de Formule A en 1970, conduit une P153. Jo Bonnier est de retour avec sa vieille McLaren M7C, ainsi qu’Andrea de Adamich au volant de la March-Alfa Romeo. L'Italien prend la place de Mike Beuttler. Pour ce dernier Grand Prix  BRM utilise son moteur MK2 dans toutes ses monoplaces, exceptée celle de Howden Ganley. Toujours côté moteur, Alfa Romeo a modifié la distribution de son V8. Enfin John Surtees utilise une nouvelle TS9B à radiateurs latéraux.

 L’attraction locale

USGP-Bog.jpg

 Le « Bog » est l’endroit où certains spectateurs locaux « s’éclatent », ceux que le spectacle conventionnel des Formules 1 trop européennes lasse vite. Traverser le fossé de boue au volant d’une vieille berline américaine est le défi ludique et apprécié d’une « faune disparate » qui se délecte du petit jeu. Resté embourbé au milieu du Bog expose le propriétaire du véhicule à voir brûler sa carcasse métallique !

 Les essais suivis de la course

La concurrence est rude en cette fin de saison puisque les sept premiers sur la grille se tiennent en moins d'une seconde. Malgré un sous-virage affectant la Tyrrell, Stewart obtient la pole position de justesse devant Fittipaldi, devancé de seulement dix-sept millièmes de seconde ! La Lotus 72D est très performante en cette fin de saison. Fittipaldi espère l’emporter, il empêcherait  Lotus de connaître sa première saison sans victoire depuis 1959. Autre surprise: Hulme se hisse au troisième rang, sa meilleure qualification depuis longtemps. Aucun pilote équipé d’un douze cylindres n'est en première ligne. En deuxième ligne on retrouve Regazzoni et Cevert, suivis par Andretti et Siffert. Ickx est huitième et dernier des pilotes Ferrari. Viennent ensuite Amon, Wisell, Beltoise et Peterson. Les Matra souffrent comme au Canada d'une médiocre tenue de route. Suivent Ganley, Surtees, Hailwood, Schenken, Marko.

Posey se signale par une belle dix-huitième place, devant Donohue, beaucoup moins performant qu'à Mosport.

Mario Andretti et Mark Donohue ne prendront pas le départ. Les deux champions américains s'étaient en effet inscrits à une course d'USAC à Trenton. Celle-ci a été reportée au dimanche à cause de la pluie, et donc Andretti et Donohue sont tenus de respecter leurs engagements. Ainsi David Hobbs récupère la voiture de Donohue. En conséquence Siffert avance d’une position (6ème) de même que les suivants Ickx, Amon, Wisell, Beltoise, Peterson, Ganley, Surtees, Hailwood, Schenken, Marko, Posey. De façon identique Hill part  18ème, suivi de Revson, Pescarolo, Gethin, Hobbs, Galli, Cannon, Barber. Adamich, Craft, Bonnier et Lovely ferment la marche. Vingt-neuf voitures prendront donc le départ de la course.

 Départ imminent…

 Le matin du dimanche 3 octobre, il pleut sur le circuit. Le pilote de la Tyrrell N°9 fait la moue en tirant les rideaux de sa chambre d’hôtel. Il a demandé à Derek Gardner d'augmenter le carrossage négatif à l'avant de sa 002 afin d'améliorer le parallélisme des roues et donc la tenue de route. Il va bientôt s’en féliciter une fois au volant de sa monoplace. Stewart préfère quant à lui s'en tenir à ses réglages originaux. Ickx mécontent aux essais de sa B2 décide d’utiliser l’ancienne B1 pour la course. Van Lennep doit rester dans le garage car il donne sa voiture à Sam Posey. L'Américain a évidemment la primauté à domicile sur le Néerlandais...

gp-usa-1971.jpg

 Une aubaine, les nuages se dissipent et c'est sous un beau soleil que la course se déroule.Le fantaisiste starter Tex Hopkins abaisse le drapeau vert. Placé à l'extérieur, Hulme prend le meilleur envol et vire en tête au premier virage devant Cevert, très bien parti, Stewart et Regazzoni. Fittipaldi a perdu des places.

Premier tour: Cevert déborde Hulme dans la ligne droite avant « The Loop » et le tasse quelque peu sur la gauche. Stewart saisit l'occasion, plonge à droite et s'empare de la première place. A la faveur d’une petite erreur de Cevert dans « Toe » Hulme passe second.

A la fin de la seconde boucle, Stewart mène devant Hulme, Cevert, Regazzoni, Siffert, Ickx, Amon, Fittipaldi, Wisell et Beltoise.

Stewart se détache légèrement tandis que Hulme et cevert sont au coude à coude. Regazzoni un moment menaçant derrière les deux hommes va perdre du terrain. Au 7è tour Cevert passe Hulme. Le français va alors se rapprocher de son chef de file. Au 12è tour la jonction est faite. Les pneus de l’écossais qui sous-vire sont déjà usés. François reste dans le sillage du Champion du monde qui va finalement lui faire signe de passer. La jeune recrue de l’équipe Tyrrell s’échappe au volant d’une monoplace au réglage peaufiné.

CEV FTyrrell 002 71  - .jpg

C’est maintenant Jacky Ickx qui poursuit Cevert. Entre 5 et 6 secondes les séparent.

ICKX USA 71.jpg

Mais le belge fait le forcing. Plus à l’aise que le parisien dans les dépassements d’attardés il va même revenir à une seconde et demie au 41è tour. La bataille fait rage, les deux duellistes battent alternativement le meilleur tour en course qui restera au crédit du belge. Le 45è tour marque le tournant du Grand Prix : Ickx perd tout à coup du terrain victime d’une fuite d’huile. Hulme va déraper sur une trainée et heurter le rail. Cevert qui arrive sur le secteur évite la Mc Laren immobilisée mais dérape aussi et frotte la glissière heureusement sans dommage. Une belle frayeur que le français compense en lisant son panneau : 32 secondes d’avance sur Siffert. Huit tours encore avant le damier… « Ces huit tours ont duré huit siècles ! » Mais … François cueille enfin les lauriers d’une victoire amplement méritée.

                cevert-71-glen.jpg

CEVERT 71.jpg

Celle-ci va particulièrement retentir en France ! En troisième position au Championnat du monde, François devient le porte-drapeau du sport auto dans l’hexagone, détrônant ainsi son beau frère. Treize ans qu’un français n’avait pas gagné en F1 depuis Maurice Trintignant!  Une étoile est née mais… Une étoile terriblement filante.

 
                                 

Source concernant le déroulement des essais et de la course : StatsF1

PS

Photos : DR

* Paru sur "racing'memories" en octobre 2022

Écrire un commentaire

Optionnel