Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Post Scriptum - Page 4

  • Le Challenge

    La R8 Gordini a fêté ses 50 ans en 2014, comme le temps passe... L'occasion de 

    se plonger avec Mat Lescene au commande de la mythique "Gord" pour une saison spectaculaire de Coupe Gordini...

     

    le challenge

                  

       Présentation :

     

    DSCN0672.JPG Mat (Mathieu) Lescene, jeune mécanicien, décide de se lancer dans le grand bain de la compétition par le biais de la Coupe de France Renault 8 Gordini. Cette auto, la « Gord » deviendra le vecteur lançant nombre de jeunes champions automobiles à l’époque. Pilote en herbe, Mat se lance dans la course avec son baluchon sur le dos, rempli de détermination, de passion mais aussi de doute, d’incertitude.  Entourés d’amis enthousiastes qui mobilisent son talent, il va vivre une saison de courses échevelées, tenter un challenge délicat : se montrer le meilleur pilote de l’année.  

                       La Coupe Renault 8 Gordini

     

     

    R8 4ème couvert.jpg                  le challenge

                                                        Auteur :  François Coeuret

    Le projet d'une série de courses monotypes mettant en scène la Renault 8 Gordini est élaboré fin 1965. Née à l’automne 1964, la petite « bombe » de la régie dont la mécanique est transformée par Amédée Gordini, séduit rapidement les conducteurs sportifs. Ses arguments ont de quoi attirer : 1100 cm3, 78cv, 850kg, 175 km/h. A cette époque, en France, la 404 arguait 140 km/h tandis que la DS plafonnait à 160. Son caractère sportif porta la régie Renault à mettre sur pied sous l’influence de la revue « Moteurs » une Coupe de France destinée à promouvoir la petite nerveuse, permettant aux aspirants pilotes de s’aguerrir au volant moyennant un budget supportable.

     

    La Coupe Renault 8 Gordini vécut de 66 à 70 une faste période durant laquelle elle évolua et fit découvrir nombre de futurs champions automobiles tels Andruet, Cudini, Darniche, Dayan, Jabouille, Jarier, Leclère, Malcher, Mieusset, Ragnotti, Thérier. Sa couleur Bleue, ses deux bandes blanches devinrent mythiques dans l’hexagone puis au delà.

    Pour obtenir ce livre c'est simple : commande par mail: cliquez à gauche du site sur l'enveloppe: CONTACT ( message privé), passez commande en précisant son adresse pour envoi postal : envoi après réception d'un chèque de 10 € frais de port inclus (France métropolitaine)

                

    8 Gord montlh.jpg

                    le challenge

                        Photos: 2-3-4 : @ F.Coeuret     1-5  :  DR

  • Michel Leclère

    Michel Leclère est le reflet même du pilote talentueux qui ne parvint pas à concrétiser une carrière sportive au plus haut niveau. Des débuts plus que prometteurs puis un essoufflement dans une trajectoire qui n’épouse pas la voie nécessaire. Des opportunités qui ne se concrétisent pas, un avenir devenant incertain qui incite à envisager autre chose. Leclère est loin d’être le seul à avoir trébuché alors qu’il disposait d’un beau potentiel pour briller.

    leclerc F3.jpg

    Lire la suite

  • Le mur du son terrestre

    L’histoire du record de vitesse terrestre d’engins motorisés roulants commence en 1898, le 18 décembre à Achères dans l’Hexagone. Gaston de Chasseloup-Laubat réalise le premier record. Un moteur électrique propulse son véhicule Jeantaud Duc à la vitesse de 63,15 km/h...

    Lire la suite

  • Biographie: Journal de classe journal d'une vie

        Journal de classe Journal d'une vie     

    Auteur : Gérard Marcel (auto éditeur)journal de classe journal d'une vie                                                         journal de classe journal d'une vie

    Biographie 

    Héritier des hussards de la république, né dans une famille de paysans au début du vingtième siècle, il quitta la ferme pour étudier, embrassa la carrière d’instituteur, traversa la seconde guerre mondiale avec les armes puis au travail dans la France occupée. Il vécut l’Ecole durant les Trente Glorieuses, endossa le grade de directeur puis se retira. Il enchaîna par une retraite active au sein du conseil municipal de sa localité. Après son mandat elle devint plus paisible, le moment était venu de profiter de la vie… un siècle gravé sur la pierre du souvenir : Camille Marcel 1912-2012.

    Photos: @GM 

    Disponible par correspondance : 45 pages avec encart central photos,

    10€ frais de port inclus (France métropolitaine) : pour commander:

        cliquer sur l'enveloppe "contact" à gauche du site, correspondance en message privé. 

                                                                                    

     

     

  • Chris Amon

    Né le 20/07/ 1943 à Bulls en Nouvelle Zélande, Chris Amon débute sa carrière dans son pays natal sur Austin Cooper puis sur une Maserati 250F. Il tente sa chance en Europe (Angleterre) par le biais de la bourse "un pilote pour l'Europe" suivant l'exemple de son compatriote Bruce Mc Laren. Reg Parnell qui l’avait remarqué en Nelle Zélande, l’engage dans son écurie privée. Il pilotera dès l’âge de 19 ans des Lola, Lotus, Cooper en F.1...

    Lire la suite

  • 1972 La course en bleu #12

    aamon F1 72.JPG

    USA  /  

    Comme prévu, le chant du cygne pour Amon et Matra a lieu sur le circuit de Watkins Glen : Amon se qualifie septième mais que va-t-il donc lui arriver ? Une soupape dès le départ va décider de casser, tout le monde le déborde en début de course, ce qui va confiner le kiwi à une course plus qu’anonyme. Il remonte péniblement avec son moteur malade pour échouer à une quinzième place imméritée. Ainsi s’achève l’épopée Matra F1. La suite de la carrière d’Amon ne sera pas à la hauteur de son talent de pilote : il va se fourvoyer dans la jeune écurie Tecno en 73 puis tenter l’aventure de la construction d’une F1 qu’il pilotera en 74 sans succès tant l’auto était médiocre. Il va se réveiller en 75 et surtout 76, années durant lesquelles il court en F1 sur une Ensign assez réussie.

    Après quelques bonnes performances il est victime d’une violente sortie qui le fragilise de même que le secoue l’accident de Lauda en Allemagne. Il abandonne la F1 à la fin de l’année 76. Après une course Canam début 77 il raccroche son casque et rentre en Nelle Zélande pour s’occuper de la ferme paternelle. Amon fut qualifié d’éternel malchanceux…Pas si sûr, sa chance fut de rester en vie à l’issue de 14 années de course durant lesquelles la faucheuse a beaucoup trop  fonctionné. 

    Fitti 72.jpg

    Le brésilien Fittipaldi champion du monde au côté de Chapman (droite) le patron Lotus

    SdS

    Photos : DR

               

  • 1972 La course en bleu #11

    Amon-mosport72.jpg

    Canada / 

    L’équipe Matra F1 entame morose la campagne Nord américaine, l’épée de Damoclès lui pend au nez. Jean Luc Lagardère devrait annoncer l’abandon du programme F1 en 73 pour se consacrer aux protos. Matra veut battre Ferrari et se concentrera sur cet objectif qui s’avérera gagnant.

    Amon se qualifie dixième, il n’y croit plus. Il va réaliser une course sans panache pour obtenir une sixième place. Un résultat très moyen. Stewart gagne sur une Tyrrell en progrès. En lisant avec retard le compte rendu de la course sur mon magazine préféré, je ne me fais donc plus d’illusion.

    72 Stewart.JPG

    Stewart vainqueur à Mosport

    SdS

    Photos:  DR

     

     

  • 1972 La course en bleu #10

    MONZA 72 (2).jpg

    Italie   / 

    Toujours à l’aise à Monza, mon pilote préféré partira en première ligne aux côté de Jacky Ickx. Il manque la pôle pour 4/100 de seconde, jolie perf, je me surprends à espérer le meilleur.

    Au matin du Grand Prix, mes doigts restent croisés inexplicablement ! Toujours un peu fébrile au départ, Amon passe cinquième à l’issue du premier tour et remonte avec application pour prendre la troisième position au 17è tour derrière Ickx et Fittipaldi, position qu’il stabilise jusqu’au 37è. Les trois pilotes ont semé le reste du peloton. Mes doigts sont toujours croisés ! Hélas ça ne servira à rien, ses freins sont à l’agonie et il doit rentrer au stand probablement avec une grosse boule dans la gorge. C’est un pilote maudit…Après l’abandon malheureux de Ickx sur panne de batterie, Fittipaldi confirme, sa victoire lui assure le titre de  Champion du monde.

    72 jps.jpg

    Fittipaldi coiffe la couronne mondiale

    SdS

    Photos:  DR

     

  • Grand Prix de l'ACF 1947- 21 septembre

    Huit ans après le dernier Grand Prix de l’ACF (1939) remporté par Hermann Paul Müller sur Auto Union, le public français renoue avec une épreuve officielle organisée par l’Automobile Club de France. Deux ans auparavant en 1945, une fois la paix installée, la journée automobile de l’AGACI tenue au Bois de Boulogne avait déplacé la grande foule. Les Parisiens y retrouvèrent leur engouement pour les bruyantes mécaniques et l’odeur d’huile de ricin...

    Lire la suite

  • 1972 La course en bleu #9

    amongp allem 72.jpg

    Autriche  /  

    Sur le rapide circuit autrichien, Amon est crédité aux essais d’un bon sixième temps. Il n’a pas la niaque et sa course sera sage, le kiwi n’est que septième au tour 44 mais va bénéficier des problèmes de Stewart et Peterson pour finir cinquième et grappiller 2 points au championnat.

    Fittipaldi va dominer Stewart et gagner. Il s’assure le titre sauf impondérable à trois courses de la fin. Pour moi, seul un miracle pourrait mener Amon sur la plus haute marche du podium : et pourquoi pas en Italie où il se montre toujours en verve…

    72 LOTUS.jpg

    Fittipaldi tout près de la couronne mondiale

    SdS

    Photos: DR